Maroc/Espagne: 155 migrants parviennent à traverser la frontière à Ceuta

524
Migrants are arrested after they force their way into the Spanish territory of Ceuta on August 30, 2018. Over 150 migrants made their way into Ceuta after storming a barbed-wire border fence with Morocco (Photo by Antonio SEMPERE / AFP)

Un groupe de 155 migrants africains est parvenu à pénétrer vendredi dans le préside occupé de Ceuta, en franchissant la clôture hérissée de barbelés, a annoncé à l’AFP un porte-parole de la préfecture locale.

« Tous sont originaires d’Afrique subsaharienne, la majorité de Guinée Conakry », a précisé ce porte-parole.

Ils ont franchi la clôture frontalière à 7H20 locales (5H20 GMT), à la faveur du brouillard, blessant légèrement 12 gardes civils qui tentaient de les intercepter, selon le porte-parole de la préfecture. Plusieurs ont reçu des soins pour des coupures.

C’est la première fois depuis un an que des migrants parviennent à franchir en groupe la haute clôture surmontée de barbelés coupants qui sépare la ville du Maroc, selon la préfecture.

Ceuta présente avec Melilla, autre ville espagnole dans le nord du Maroc, la seule frontière terrestre de l’Union européenne avec l’Afrique.

Depuis le début de l’année, 3.427 migrants sont parvenus à entrer dans ces deux villes par voie terrestre, soit 18,1% de moins qu’en 2018 selon le dernier bilan du ministère espagnol de l’Intérieur. Parmi eux, 671 sont entrés à Ceuta, notamment en se cachant dans des véhicules.

 

Lire aussi: Vidéo. Ceuta: course-poursuite spectaculaire d'un passeur de migrants en jet-ski

 

Une fois en territoire espagnol, ils se rendent habituellement dans un centre d’accueil pour y déposer une demande d’asile.

Selon le ministère de l’Intérieur, 14.591 migrants sont par ailleurs arrivés par la mer en Espagne depuis janvier, soit 42,5% de moins que l’an dernier.

L’Espagne, première porte d’entrée de l’immigration clandestine en Europe en 2018, a été dépassée cette année par la Grèce, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Régulièrement épinglé par les ONG pour son traitement des migrants, le gouvernement socialiste espagnol a promis d’ôter les barbelés coupants des clôtures frontalières et de les surélever dans le même temps.