Le Maroc envoie une aide d’urgence au Bangladesh pour venir en aide aux Rohingyas

1392

Sur instructions du roi Mohammed VI, le Maroc a envoyé une aide humanitaire d’urgence au Bangladesh pour aider ce pays à faire face à l’afflux massif de réfugiés de la minorité musulmane des Rohingyas, en provenance du Myanmar, annonce un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération.

 “Sur Très Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’assiste, une aide humanitaire d’urgence a été acheminée, ce jour, à la République Populaire du Bangladesh”, indique le ministère dans un communiqué.

“Cette action humanitaire vise à soutenir les efforts de ce pays frère, pour faire face à l’afflux massif de réfugiés issus de la minorité musulmane des Rohingyas, en provenance du Myanmar”, précise la même source.

“L’aide envoyée par le Royaume du Maroc est composée de tentes, de couvertures, de denrées alimentaires de base et de médicaments de première nécessité. Son acheminement a été assuré par voie aérienne, par les Forces Armées Royales”, souligne le communiqué.

Plus de 310.000 Rohingyas, minorité musulmane persécutée dans l’ouest de la Birmanie, se sont abrités au Bangladesh depuis fin août. Cette marée humaine, déclenchée par un nouveau cycle de violences entre l’armée et une jeune rébellion rohingya, est venue grossir les rangs des 400.000 membres de cette communauté apatride qui se trouvaient déjà dans les camps de réfugiés misérables du sud-est du Bangladesh.

Débordées, les autorités locales cherchent désespérément où loger ces nouveaux venus, qui constituent un fardeau supplémentaire pour cette nation pauvre d’Asie du Sud.

L’ONU, qui a dénoncé un « nettoyage ethnique », va réunir mercredi son Conseil de sécurité pour discuter de la crise des Rohingyas, dont plus de 300.000 se sont réfugiés au Bangladesh depuis fin août pour fuir les violences en Birmanie.

Le dalaï-lama en personne a exhorté lundi la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix comme lui, à trouver une solution pour les Rohingyas, plus grande population apatride au monde avec un total d’environ un million de personnes.

Hier, dans une déclaration sans ambiguité, le chef de l’armée birmane a affirmé que les « Rohingyas ne font pas partie de l’histoire du pays ».

La diplomatie birmane, dirigée par Aung San Suu Kyi, a maintenu lundi soir, dans un communiqué, son soutien à l’armée: elle a assuré que « les forces de sécurité ont reçu pour instructions » d' »éviter des dommages collatéraux et que des civils innocents soient blessés lors de leur mission légitime de restauration de l’ordre ».

Avec Map