Mahkama gate: le bâtonnier de Casablanca se saisit de l’affaire

DR.

Suite aux révélations du site d’informations Yabiladi.com, le bâtonnier de l’ordre des avocats de Casablanca s’est saisi de l’affaire et a annoncé vouloir enquêter sur les présumés abus, voire même délits, qui gangrènent la sixième chambre chargée des affaires commerciales du tribunal de première instance de Casablanca.

«Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Casablanca informe l’opinion publique du début des investigations au sujet des données relatives» à l’affaire baptisée « Mahkama gate », concernant le traitement expéditif des dossiers de recouvrement à la sixième chambre chargée des affaires commerciales du tribunal de Casablanca.

Une première réaction qui intervient suite aux dépôts de plusieurs plaintes auprès du barreau, souligne le communiqué du bâtonnier, publié ce mercredi 11 mars et cité par Yabiladi. «Ces plaintes sont en cours de traitement en attendant de prendre les mesures adéquates, sur la base des conclusions des investigations», poursuit la même source.

Une affaire tentaculaire

Des investigations déjà entamées par la presse et révélant une affaire tentaculaire, visant directement des juges, des avocats et des entreprises nationales, complices selon Yabiladi, de «l’industrialisation de la justice et la privatisation du tribunal de Casablanca».

 

Lire aussi: Corruption: le ministère de la santé s’apprête à saisir la justice

 

Le tribunal serait selon la même source, «champion en terme de productivité», se prononçant sur des milliers d’affaires simultanément, sans la présence de la défense, à qui la convocation pour l’audience est généralement envoyée à une fausse adresse.

Un scandale qui ne cesse d’alimenter les réseaux sociaux et se révèle être un coup dur pour la justice marocaine. Contacté par AFP, de la Justice Mohamed Ben Abdelkader a déclaré «ne pas avoir de commentaire à faire sur le fonctionnement des tribunaux et de la magistrature», préférant arborer la carte de la séparation des pouvoirs judiciaire et exécutif.