Mafia des « gilets jaunes »: il s’agit d’occupation temporaire du domaine public (Intérieur)

1431
DR.

La grogne populaire s’est ravivée ces derniers jours quant au phénomène des gardiens de voitures qui « rackettent » les automobilistes dans les grandes métropoles. Face au mécontentement grandissant, l’Intérieur s’est prononcé sur cette problématique.  

L’exploitation du service du stationnement des véhicules entre dans le cadre de l’occupation temporaire du domaine public régie par un ensemble de textes législatifs et réglementaires, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, rapporte la MAP.

Lors d’un réunion à la chambre des représentants, le groupe du Parti Authenticité et Modernité (PAM) a posé une question orale sur « l’absence d’un cadre réglementaire régissant la profession du gardiennage des voitures ». Boutayeb a alors déclaré que l’exploitation du service du stationnement des véhicules entre dans le cadre de l’occupation temporaire du domaine public, régie par un ensemble de textes législatifs et règlementaires.

Parmi ces textes, on cite notamment la loi organique nº 113-14 relative aux communes qui octroie aux autorités locales et aux conseils locaux et à leurs présidents, chacun en ce qui le concerne, des compétences d’organisation et de contrôle du volet de l’occupation temporaire du domaine public de manière générale.

L’organisation et la gestion des services de véhicules sur les voies et places publiques relèvent donc bien des attributions des présidents des conseils communaux. En d’autres termes, le ministre délégué réitère la compétence et la responsabilité des communes en matières de gardiennage de voitures et des autorisations y afférant.

 

Lire aussi : Gardiens de voitures: la mise au point de la commune de Casablanca

 

Le ministre a précisé que certaines communes ont choisi de déléguer la gestion de ce service de stationnement des véhicules sur les voies publiques à des SDL ou sociétés de gestion déléguée. Un mécanisme moderne, qui selon le ministre, a permis d’endiguer les activités clandestines de gardiennage, en régularisant la situation de ces travailleurs selon le code du travail en vigueur.

Dans cette même veine, il a indiqué que les autorités provinciales se concentrent sur la question de l’organisation des parkings de voitures avec différents acteurs concernés, à savoir les services de la DGSN, la gendarmerie royale et les autorités locales.

Pour rappel, la tension est montée ces dernières semaine du côté des automobilistes qui en ont assez de subir les menaces et insultes des gardiens au quotidien pour une requête légalement infondée. Une campagne de boycott de ces gilets jaunes anarchiques a vu le jour sur Facebook derrière le slogan « Boycott moul gilet ضد مول جيلي أصفر » et regroupant plus de 113.000 personnes.