Lutte contre le changement climatique: le Maroc classé 2e pays le plus performant au monde

1044

Selon l’indice de performance du changement climatique 2019 (« change performance index 2019 ») élaboré par les ONG Germanwatch, NewClimate Institute et Climate Action Network International, le Maroc décroche la deuxième place du podium en matière de protection climatique, après la Suède et avant la Lituanie.

Climate Change Performance Index (CCPI) 2019

En réalité, le Maroc se situe à la 5e place du classement mondial car les trois premières places demeurent vides. Et pour cause, selon le rapport des ONG, « aucun pays n’est assez performant pour atteindre le top du classement de l’indice de cette année ».
Les résultats du classement sont définis par la performance agrégée d’un pays concernant 14 indicateurs dans les quatre catégories suivantes: émissions de gaz à effet de serre, énergies renouvelables, consommation d’énergie et politique climatique.
Lire aussi : La part des énergies renouvelables dans le mix électrique national a atteint 34 % à fin 2017
Les résultats du CCPI 2019 illustrent les principales différences régionales en matière de protection et de performance climatiques dans les 56 pays évalués.
Le rapport salue les grands efforts menés par le Maroc dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique, évoquant la centrale solaire Noor de Ouarzazate et les nouveaux parcs éoliens du réseau. «Le pays est sur la bonne voie pour atteindre son objectif de 42% de ses capacités en énergies renouvelables d’ici 2020 et 52% d’ici 2030», conclue-t-il.
En matière de politique climatique, le Maroc se situe en 8e position derrière la Suède, les Pays-Bas, la France et le Portugal, se présentant ainsi comme le meilleur pays extra-européen dans la catégorie.
Lire aussi : Nairobi: le Maroc préside la 7è session extraordinaire de la conférence africaine sur l'environnement
Étant donné que le secteur de l’énergie contribue grandement à la réduction des émissions de CO2 d’un pays, les énergies renouvelables sont un moteur clé d’atténuation des émissions. Traditionnellement, les pays relativement performants dans cette catégorie sont ceux qui produisent des énergies renouvelables en grande quantité.
Comme l’année dernière, la Lettonie est en tête du classement dans cette catégorie, suivie par la Suède et la Nouvelle-Zélande. Le Maroc, quant à lui, présente la plus forte amélioration en rejoignant le groupe des pays à performance moyenne aux côtés des pays de l’Union européenne.
Mauvais élèves pour cette année, l’Arabie saoudite, les États-Unis, la République islamique d’Iran, la République de Corée et le Taipei chinois qui se classent au dernier rang, avec des scores bas ou très bas dans presque toutes les catégories.
Pour rappel, l’indice de performance des changements climatiques (CCPI) est conçu pour améliorer la transparence de la politique climatique internationale. Son objectif est d’exercer une pression politique et sociale sur les pays qui n’avaient jusqu’à présent pas pris de mesures ambitieuses en matière de protection du climat et de mettre en lumière les pays qui appliquent les meilleures politiques.