L’Iran et le Hezbollah réagissent aux accusations du Maroc

6749

Après la décision du Maroc de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran accusée de soutenir militairement le Polisario à travers le Hezbollah, le pays des mollahs a réagi aux accusations du ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita.
L’Iran a démenti aujourd’hui les accusations du Maroc, qui a annoncé la veille, par le biais du ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita, la rupture de ses relations avec Téhéran. Le Maroc reproche à Téhéran d’avoir facilité une livraison d’armes au Front Polisario.
«Le Maroc dispose de preuves irréfutables, de noms identifiés et de faits précis qui corroborent cette connivence entre le Polisario et le Hezbollah contre les intérêts suprêmes du royaume», a assuré Bourita.
Ce matin, le ministère des Affaires étrangères iranien a réagi à travers un communiqué: «Les remarques attribuées au ministre des Affaires étrangères marocain (Nasser Bourita) sur une coopération entre un diplomate iranien et le Front Polisario sont mensongères».
Téhéran dément «fermement» ces accusations et déplore qu’elles servent de «prétexte» à une rupture diplomatique, ajoute le ministère des Affaires étrangères iranien. Les autorités iraniennes «considèrent que cette affaire est totalement dénuée de fondement», ajoute le communiqué iranien. Le ministère ajoute que l’Iran a toujours eu comme ligne de conduite le «respect» de la «souveraineté et la sécurité» des pays avec lesquels la République islamique entretient des relations diplomatiques, et «la non-ingérence dans leurs affaires intérieures».
Ce communiqué de la diplomatie iranienne fait suite à celui publié par le Hezbollah la veille sur le site de sa chaine de télévision, Al Manar. «En réaction à la décision du Maroc de rompre les relations diplomatiques avec l’Iran, le Hezbollah nie ces allégations et accusations dans leur intégralité et juge regrettable que le Maroc ait eu recours aux pressions américaines, israéliennes et saoudiennes pour faire ces fausses accusations», peut-on lire sur le site de chaine du parti libanais. Le Hezbollah estime que le Maroc devait chercher un argument plus convaincant pour rompre ses relations avec l’Iran au lieu “d’inventer ces arguments”.
“L’ambassadeur du Maroc à Téhéran a quitté mardi l’Iran et le chargé d’affaires de l’ambassade d’Iran devrait quitter le royaume sans délai », a annoncé hier soir Nasser Bourita.
Avec AFP