Fermeture des cafés et restaurants à 23h: la piqûre de rappel de l’Intérieur

Crédit: DR.

Après la multiplication des plaintes des citoyens concernant les «excès» commis par les gérants de cafés et de salles de jeux, notamment le non-respect des horaires, le ministère de l’Intérieur vient de mettre ces derniers dans son viseur.

Une correspondance envoyée par le gouverneur de la préfecture de Skhirat-Témara aux présidents des communes a révélé que le ministère de l’Intérieur a déclenché une «guerre» contre «l’anarchie» des cafés et des salles de jeux, indique Al Akhabar qui en détient une copie dans son édition du 27 février 2020.

Le gouverneur a demandé aux élus d’intervenir vigoureusement contre les établissements qui ne respectent pas les horaires officiels de fermeture afin d’éviter les nuisances causées aux habitants riverains.

Selon la même source, il a décrété un «embargo» sur les commerces et les différentes activités des cafés et des restaurants à partir de 23h.

Dans le même sillage, la correspondance a rappelé que la responsabilité d’organiser ces espaces incombe aux présidents des communes, en vertu de la loi organique n°113-14 relative aux communes.

 

Lire aussi: Casablanca: les cafés et restaurants sommés de fermer à 23h

 

Cette loi donne aux autorités la prérogative de contrôler et autoriser ces établissements et d’intervenir contre leurs infractions aux présidents des communes. Ces derniers peuvent sanctionner les infractions via la police administrative en vertu de l’article 100 de la même loi.

Le gouverneur a également insisté sur l’interdiction des «chichas» dans les cafés et les établissements ouverts au grand public.

A rappeler que le conseil de la Commune de Casablanca a adopté la même démarche début janvier dernier. En effet, le maire de Casablanca Abdelaziz El Omari avait pris la décision d’imposer aux cafés et restaurants de baisser leurs rideaux à 23h.

Les autorités locales en ont avisé les patrons des commerces et des restaurants suite à la multiplication des plaintes des habitants de plusieurs quartiers de Casablanca, en particulier ceux d’Anfa.

Tout comme à Skhirat et Témara, ils déplorent les bruits et les nuisances causés par les clients des cafés et des restaurants après minuit. Sauf que cette décision n’a pas été du goût des patrons des cafés et des restaurants qui jusqu’à présent imposent leurs règles.