Libye: 265 combattants marocains ont rejoint les rangs de Daech

Crédit: DR.

Le Centre européen pour la lutte contre le terrorisme a révélé des données sur le nombre de combattants étrangers dans les rangs de l’Etat islamique en Libye. Le rapport indique que le nombre de combattants marocains en Libye a atteint près de 265, dont 70 viennent de quitter Idleb en Syrie.

Les combattants marocains de l’Etat islamique en Libye sont venus pour la plupart de Syrie et d’Irak, souligne le rapport du Centre européen pour la lutte contre le terrorisme qui a été mis en place par l’UE en 2016.

Le Centre européen, réputé proche des services de renseignements français, indique que les Marocains arrivent en troisième position derrière les Tchadiens et les Tunisiens, rapporte Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du jeudi 16 janvier.

A noter que le nombre dévoilé par le Centre européen pour la lutte contre le terrorisme est le premier du genre depuis la défaite de Daech en Syrie en mars dernier après la cacophonie des estimations sur leur véritable nombre.

 

Lire aussi: Libye: Erdogan menace « d’infliger une leçon » à Haftar

 

Selon la même source, les volontaires marocains ayant rejoint récemment le front libyen sont venus renforcer les rangs d’autres Marocains dont certains occupent des postes de direction. Ces derniers sont même considérés parmi les combattants les plus féroces de Daech au vu de leur expérience accumulée ces dernières années en Irak et en Syrie.

Cet état de fait constitue selon le rapport, une menace réelle pour la sécurité internationale en particulier celle des pays du pourtour méditerranéen et d’Afrique du Nord.

 

 

Lire aussi: Libye: le maréchal Haftar intensifie les frappes contre Tripoli

 

Selon Al Ahdath Al Maghribia, les services de renseignement marocains ne sont pas en reste en ce qui concerne le suivi de l’évolution de la situation dangereuse et instable en Libye.

Le directeur du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), Abdelhak Khiam, avait indiqué que le Maroc coopère avec l’ensemble des pays frontaliers de la Libye en raison que des dangers liés à la situation de ce pays maghrébin qui menace tous les pays de la région.