L'Espagne expulse vers le Maroc un imam soupçonné de radicalisation

980
Yassine Lafraiki. Crédit: DR.

Un imam marocain soupçonné de radicalisation qui prêchait dans le nord de l’Espagne a été expulsé vers le Maroc, a-t-on appris mercredi de source policière.
Yassine Lafraiki, imam pendant au moins un an dans la petite ville de Corella en Navarre, était soupçonné par les autorités d’avoir subi un « processus de radicalisation » et de constituer « une menace réelle et grave pour la sécurité nationale », a indiqué à l’AFP une source policière.
Il a été arrêté le 5 février puis placé dans un centre de rétention pour étrangers à Madrid avant d’être remis le 9 mars aux autorités marocaines avec une interdiction de séjour en Espagne de 10 ans, a précisé cette source.
« Ce que l’on sait, c’est qu’il avait un discours assez sévère », a déclaré à l’AFP Gorka Garcia, maire de Corella. « Beaucoup de parents ont cessé d’amener leurs enfants (à la salle de prière, ndlr) parce que son discours était radical ».
Selon lui, Yassine Lafraiki a officié pendant près d’un an comme imam à Corella, jusqu’en août. La source policière consultée par l’AFP assure cependant qu’il s’était installé en Navarre en 2014 et ne l’avait quittée que fin 2017.
Le maire de Corella, où vivent 7.640 personnes, dont quelque 7% de musulmans, assure en outre que l’imam était soupçonné de financer la construction d’une mosquée avec de l’argent d’origine « salafiste », en référence aux musulmans appartenant à un courant fondamentaliste de l’islam, défendant le retour à la religion « pure » des anciens.