Les vaccins Sinopharm et AstraZeneca sont-ils efficaces contre les nouveaux variants?

4457

La découverte d’un premier cas au Maroc infecté du variant britannique du covid-19 inquiète l’opinion publique. Les vaccins commandés par le Maroc -Sinopharm et AstraZeneca- restent-ils efficaces contre cette mutation du virus?

A l’occasion d’une conférence de presse tenue le weekend dernier, Yang Xiaoming, président de China National Biotec Group CNBG, filiale de Sinopharm, a affirmé que, de manière générale, les nouvelles souches du coronavirus n’affecteront pas l’efficacité du vaccin, rappelant que ce dernier a un taux d’efficacité de 79%.

« Pendant la conception du vaccin, nous avons vérifié son efficacité contre des variantes qu’on a extraites du virus. Notre produit s’est avéré efficace et capable de faire face à toutes les souches du covid », explique le président qui rassure quant à ces nouvelles variantes qui ne sont pas plus dangereuses que « la version originale », bien qu’elles soient plus contagieuses (50 à 70% pour le variant britannique).

Le partenariat signé avec le fabricant chinois prévoit l’acquisition par le royaume de 10 millions de doses, celui de AstraZeneca, 17 millions de doses, avec en option, 3 millions de doses supplémentaires. Dr Tayeb Hamdi, interviewé par nos confrères de 2M.ma, déclare que les vaccins Sinopharm, Moderna, Pfizer et AstraZenenca ont été confirmés efficaces contre le variant britannique comme sud-africain.

« La mutation la plus dangereuse est celle de la protéine Spike »

« Toutefois, si ces vaccins en venaient à devenir caduques, nous savons qu’un vaccin ne perd jamais son efficacité à 100%. Il faudra l’améliorer, certes, mais il pourra tout de même être utilisé à titre préventif. Si un variant plus dangereux venait à se propager, il faudrait seulement 8 semaines pour les laboratoires afin d’élaborer un nouveau vaccin », explique le spécialiste pour qui la mutation du virus reste un « phénomène normal ».

Hamdi souligne que la mutation la plus dangereuse est celle de la protéine Spike. « La protéine Spike est le composant que les virus utilisent pour pénétrer dans les cellules humaines. Aujourd’hui, les vaccins, les modes de dépistage et l’immunité acquise par les personnes guéries sont tous basés sur la reconnaissance de cette protéine. Il s’agit également de la partie que nos anticorps attaquent pour détruire le virus. Si la protéine Spike d’un virus mute, comme c’est le cas du variant brésilien -beaucoup plus inquiétant, les vaccins comme l’immunité acquise pourraient devenir inutiles », alerte-t-il.

Et de conclure:  » Le Maroc ne peut aujourd’hui que retarder l’arrivée du nouveau virus sur son territoire et en limiter la propagation à travers un bon nombre de mesures, notamment la fermeture des frontières, le contrôle des arrivées de l’étranger, et le renforcement des mesures préventives. La distanciation sociale et les masques sont aujourd’hui plus importants que jamais ».

Lire aussi : « Pharmacie du monde », l’Inde exporte ses premiers vaccins contre le Covid-19

Pour rappel, un citoyen marocain résidant en Irlande et porteur du variant britannique est arrivé à bord d’un bateau venu de Marseille, débarqué à Tanger-Med, le 18 janvier dernier. Asymptomatique, l’intéressé a été placé en isolement à Casablanca, a précisé le ministère, soulignant que le patient et les personnes contacts sont traités conformément au protocole sanitaire en vigueur dans le royaume.

En conséquence, les autorités compétentes ont pris la décision d’interdire, à titre préventif, l’accès au territoire national, à partir du 19 janvier 2021 et jusqu’à nouvel ordre, des avions et des passagers en provenance de quatre autres pays: Australie, Brésil, Irlande et Nouvelle-Zélande. Ces pays viennent s’ajouter à l’Afrique du Sud, au Danemark et au Royaume-Uni, déjà concernés par cette même mesure, relève le ministère dans un communiqué.