Les ténors du PJD claquent la porte

.DR

À l’approche des élections, la crise interne au sein parti de la Justice et du développement (PJD) s’intensifie, avec le départ de plusieurs de ses figures emblématiques.

Le parti de Saad Eddine El Othmani connaît une véritable hémorragie. Des dizaines d’élus locaux et de parlementaires auraient ainsi claqué la porte du parti, à seulement quelques mois des élections législatives, rapporte le quotidien Al Akhabar.

En effet, après la démission de Driss El Azami El Idrissi de son poste de président du Conseil national du parti, d’autres lui ont emboité le pas. Il s’agit d’abord d’Abdellatif Naciri membre du secrétariat général du PJD et plus récemment de Nourreddine Kchibel, député PJDiste de Taouante.

 

Lire aussi: Le PJD fragilisé à l’approche des législatives

 

Les deux anciens du parti ont annoncé officiellement leur départ vers le parti du Rassemblement national des indépendants (RNI). Seul le cas d’Abdellatif Naciri a été commenté par le parti de la lampe qui a saisi la Cour constitutionnelle afin de révoquer son statut au sein de la Chambre des représentants, qu’il avait alors obtenu sous les couleurs du PJD.

Cependant, le parti s’est abstenu de tout commentaire quant aux derniers départs. Des départs qui ne seront d’ailleurs plus possibles avec les nouvelles lois électorales, interdisant aux candidats élus un changement d’étiquette politique tout au long de leur mandat électif.