Les pharmaciens menacent d’observer une grève nationale

165

Après ce qu’ils ont qualifié «d’interaction négative» de la part du ministère de la Santé suite à leur sit-in observé, lundi 10 février, les pharmaciens menacent d’organiser une grève nationale.

La Confédération des syndicats de pharmaciens a annoncé dans un communiqué qu’elle tient à maintenir le cap de ses revendications et de son action militante. Après la manifestation organisée, lundi 10 février, devant le ministère de la Santé à Rabat, le Conseil national de la confédération a décidé de maintenir les manifestations répétitives et de se préparer à une grève nationale.

Admettant que la fermeture des officines est une forme de protestation dangereuse qui ne passe pas sans impact sur les patients, la Confédération a estimé qu’elle n’a pas autre choix.

«Nous sommes dans le devoir d’arrêter l’hémorragie et de protéger les pharmacies nationales et citoyennes, en l’occurrence, les 4000 pharmacies menacées de faillite», indique le communiqué considérant «les pharmacies comme un acquis des citoyens et du pays».

Lire aussi: Paracétamol: le circuit parallèle demeure le grand danger

Les pharmaciens critiquent ce qu’ils qualifient d’«absence d’interaction positive de la part de la tutelle avec leurs doléances» et fustigent «la politique d’inertie adoptée par le ministère envers la détérioration des conditions des pharmacies».

Ils pointent du doigt l’inaction de la tutelle devant les dysfonctionnements dans le cheminement des médicaments et la prolifération du secteur informel et la vente des médicaments sur le marché noir.

Les pharmaciens accusent le ministère de la Santé de couper tous les moyens de communication avec les représentations professionnelles des pharmaciens et de faire la sourde oreille.