Les hôpitaux publics paralysés mercredi à cause d'une grève

à 12:15
Crédit DR

Les établissements publics de santé seront paralysés mercredi, à l’exception des services d'urgences et de la réanimation. Les infirmiers et les techniciens de la santé ont décidé d’observer une grève nationale. Les détails. 

La saga du ministère de la Santé avec les infirmiers et les techniciens du secteur est loin de son dénouement. Cela fait plus de 2 ans que ces derniers essayent de faire entendre leurs voix, manifestement sans succès.

Ils ne comptent pas baisser les bras et envisagent d'observer une grève nationale mercredi pour réitérer leurs principales revendications. Plusieurs marches seront également organisées devant les sièges des Wilayas du royaume.

"Nous avons 6 revendications dans le but d’améliorer les conditions de la profession et de la prise en charge des patients partout au Maroc", nous indique Youness El Jawhari, membre de la cellule de communication du Mouvement des infirmiers et des techniciens de la santé.

Selon El Jawhari, plus de 6000 infirmiers lauréats sont actuellement au chômage. "Le mouvement demande et exige le recrutement des lauréats des écoles supérieurs des infirmiers et des techniciens de santé, sans oublier les établissements publics. L’ironie du sort, c’est que le ministère dit qu’il a besoin de près de 12.000 infirmiers et techniciens de santé, alors qu’ils n'existe qu'entre 6000 et 7000 diplômés chômeurs".

Les infirmiers et techniciens de santé appellent également à la mise en place d’un référentiel des emplois et compétences des métiers de soins.

 

Lire aussi: Grève nationale des infirmiers les 5 et 6 février dans les hôpitaux publics

 

"Nous revendiquons aussi une revalorisation des indemnités sur les risques liés à l’exercice de la profession et la création d’un Ordre national des infirmiers pour réglementer le secteur, ne pas laisser les inconnus et les personnes qui n'ont aucune relation avec le domaine pratiquer le métier et faire ce qu'ils veulent", ajoute Youness El Jawhari.

Le Mouvement des infirmiers et techniciens de la santé demande au ministère d'accorder plus d'importance au cahier de revendication avec une approche de dialogue "sérieuse". Le décret n°2.17.535 sur le statut particulier du corps interministériel des infirmiers et des techniciens de santé pose également problème.

"Il n’existe que 3 échelles et nous n’avons pas le droit à une revalorisation d’échelles, comme le reste des professions du royaume. Le ministère doit revoir et prendre tout cela en considération", conclut El Jawhari.

Notons que les infirmiers et techniciens de la santé au Maroc avaient observé plusieurs grèves et sit-in ces deux dernières années, sans aucun résultat.

D'autres grèves et marches de protestation seront organisées, les 3 et 4 octobre prochain, devant le siège du ministère de la Santé et devant le siège du Secrétariat général du gouvernement.

Aucune description de photo disponible.