Les FAR se lancent dans l’industrie militaire

Le Maroc cherche sérieusement à se doter d’une industrie militaire. Le Royaume, qui va augmenter son budget d’armement de 35,3 milliards de dirhams en 2019 à 39,3 milliards en 2020, a commencé à acheter des brevets d’invention et exige, désormais de ses fournisseurs le transfert de technologies.

Un rapport de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense nationale et des Affaires islamiques à la Chambre des Représentants sur les budgets sectoriels de 2020, révèle que le ministre délégué chargé de l’Administration de la Défense nationale, Abdellatif Loudiyi, a indiqué que le «La Direction de la Défense nationale cherche à développer la fabrication et l’entretien de matériel militaire».

Et ce, «en imposant aux sociétés d’armement de s’engager à transférer la technologie des équipements vendus aux Forces armées royales (FAR)».

Loudiyi a également assuré que la Défense nationale exige de ces sociétés de créer des sociétés d’armement au Maroc ou d’investir dans d’autres domaines, tout en transférant leurs expériences technologiques et leurs compétences aux FAR, rapporte le quotidien arabophone Al Ahdath dans son édition du mercredi 20 novembre.

Selon la même source, la Défense nationale exige aussi aux sociétés productrices d’armes la fabrication de certaines matières à usage militaire au Maroc. Dans cette veine, ledit rapport indique que la Direction de la défense nationale collabore étroitement avec le ministère de l’Industrie et du Commerce.

L’étape de l’auto-développement

A noter que le roi Mohammed VI avait appelé à passer à l’étape de l’industrialisation militaire, de la recherche scientifique et de l’auto-développement des industries militaires lors de la célébration du 63e anniversaire de la création des FAR.

Le souverain avait affirmé que les FAR allaient s’intéresser aux programmes de recherche scientifique, technique et d’ingénierie en les développant dans les domaines militaire et sécuritaire et que des programmes devraient se mettre en place dans ce cadre aux niveaux africain et mondial, afin d’échanger les expériences et les compétences et d’accompagner l’évolution rapide dans les domaines de la sécurité et de la défense.

D’après Al Ahdath Al Maghribia, le Maroc a, il y a déjà quelques années, commencé à fabriquer des munitions et certains armements, tout en créant des chantiers d’entretien du matériel militaire.

Concernant l’acquisition des brevets d’invention d’armes de défense, le Maroc a signé des accords avec des complexes industriels européens, russes, chinois et indiens. A noter également que des pays comme le Royaume-Uni, l’Espagne ou encore le Brésil ont affiché officiellement leur volonté de créer une industrie militaire de défense au Maroc.