Les exportations agricoles du Sahara encore une fois examinées par la Cour européenne de justice

5731
DR/

La Cour européenne de justice (CJUE) se penche une nouvelle fois dans les prochains jours sur le dossier du Sahara, les séparatistes du Front Polisario contestant des accords UE-Maroc permettant à Rabat d’exporter tomates, melons et poissons de l’ancienne colonie espagnole.

Deux audiences sont prévues mardi et mercredi devant la 9e chambre de la CJUE qui, toutefois, « devrait rendre son délibéré dans plusieurs mois », a indiqué à l’AFP un porte-parole de l’institution établie au Luxembourg.

Pour le Front Polisario, il s’agit de stopper le « pillage des ressources naturelles » du territoire, « principalement l’agriculture d’exportation, le phosphate, la pêche et le tourisme », comme l’a expliqué à l’AFP l’avocat français Gilles Devers, chargé du dossier.

Face à ce « harcèlement judiciaire », le Maroc compte lui défendre « la légitimité de son partenariat » commercial avec l’UE, a déclaré son ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, cité par l’agence officielle MAP.