Les épices vendues au Maroc contiendraient du plomb, selon un rapport de l’UNICEF

99353
Selection of spices on a traditional Moroccan market (souk) in Marrakech, Morocco

Les épices commercialisées au Maroc présentent un des taux les plus élevés au monde de concentration au plomb, selon un rapport de l’UNICEF et de Pure Earth. Face à ces révélations alarmantes, l’Organisation Mondiale de la Santé exige des interventions urgentes.

Un rapport de l’UNICEF et de Pure Earth intitulé «la vérité toxique: l’exposition des enfants à la pollution par le plomb mine une génération de potentiel futur», révèle le fort de taux de plomb contenu dans les épices vendues et achetées au Maroc.

Le rapport de l’Unicef et Pure Earth cite cinq pays dont les épices présentent les plus fortes concentrations de plomb: le Maroc, la  Géorgie, le Bangladesh, le Pakistan et le Népal.

Les conclusions de ce rapport repose sur l’analyse de 1.496 échantillons d’environ 50 épices provenant de 41 pays. Il en ressort ainsi que plus de 50% des échantillons présentent des niveaux détectables de plomb, avec plus de 30% de concentrations supérieures à 2 ppm d’après des analyses de laboratoire.

 

Lire aussi: Alimentation: où peut-on trouver du bio au Maroc?

 

«Le plomb est une neurotoxine puissante qui cause des dommages irréparables au cerveau des enfants. Il est particulièrement destructeur pour les bébés et les enfants de moins de 5 ans, car il endommage leur cerveau avant qu’ils n’aient eu l’occasion de se développer pleinement. L’exposition au plomb chez les enfants a également été liée à des problèmes de santé mentale et de comportement et à une augmentation de la criminalité et de la violence. Les enfants plus âgés souffrent de graves conséquences, notamment un risque accru de lésions rénales et de maladies cardiovasculaires plus tard dans la vie», souligne le rapport.

Le rapport affirme dans ce sens qu’environ 1 enfant sur 3 – jusqu’à 800 millions dans le monde – a des taux de plombémie égal ou supérieur à 5 microgrammes par décilitre (µg / dL). Face à ces données alarmantes, l’Organisation Mondiale de la Santé et les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis exigent des interventions mondiales et régionales urgentes.