« L’entité sioniste est à nos frontières », l’Algérie réagit enfin à l’accord Washington-Rabat-Tel-Aviv

6430
DR.

Le pouvoir algérien sort enfin de son silence, 48 heures après la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara et le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël.

« L’Algérie est visée (…) Quand ont dit aux citoyens qu’il y a des opérations à l’étranger visant la stabilité du pays, voici les preuves, quand on voit que nous sommes entourés de dangers et de guerres. Il y a une volonté de ramener l’entité israélienne et sioniste à nos frontières », a déclaré samedi le premier ministre algérien Abdelaziz Djerad.

Le premier ministre algérien fait ici allusion à l’annonce, jeudi, du rétablissement des relations diplomatique entre Rabat et Tel-Aviv.

Après un Tweet, jeudi, du président américain Donald Trump annonçant la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara et le rétablissement des relations diplomatique entre le Maroc et Israël, un communiqué du cabinet royal avait par la suite confirmé l’annonce via un communiqué qui stipulait notamment la reprise des vols direct entre les deux Etats, la réouverture des bureaux de liaison ainsi que la promotion d’échanges économiques et technologiques.