L’enseignement et l’agriculture, les priorités du PLF 2018

1091
Crédit DR

Le gouvernement El Othmani présente demain mardi la loi de finances 2018 à la Chambre des Représentants. Le premier budget de ce mandat gouvernemental accorde une grande importance aux secteurs de l’enseignement et de l’agriculture.

Cinq milliards de dirhams de plus pour le ministère de l’Éducation nationale. C’est ce qui a été décidé par le gouvernement pour ce projet de loi de finances 2018. Le projet qui sera présenté ce mardi 24 octobre à la Chambre des Représentants à Rabat accorde le plus grand budget de l’année financière au département de Mohamed Hassad, une hausse de 9%, la plus importante parmi tous les ministères, s’expliquant par les différents chantiers ouverts par le ministère parallèlement de la vision stratégique 2015-2030 pour la réforme de l’enseignement du Conseil économique et social.

Le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime d’Aziz Akhannouch s’est par ailleurs offert 15,7 milliards de dirhams, soit une hausse de 5,2% par rapport à l’année 2017. Le projet de loi de finances 2018 détaille également la manière avec laquelle sera gérée la caisse de développement du monde rural avec un budget de 50 milliards sur les 7 années à venir: Aziz Akhannouch chargé de la caisse aura sous ses commandes une grande commission nationale de Walis et présidents de régions qui devront mettre en œuvre les orientations de ce projet royal.

Le ministère de la Santé a enregistré également une petite hausse de 3,47% par rapport à l’année 2017, le département de Houcine Ouardi s’est octroyé 14,3 milliards de dirhams, devançant le ministère de la Justice avec 4,3 milliards de dirhams.

Les ministères de souveraineté ont par ailleurs maintenu leurs chiffres importants: le ministère de l’Intérieur avec 24 milliards soit une hausse de 4,4% par rapport à l’année en cours, et le budget de l’armée dépassant de peu les 34 milliards avec une légère hausse  de 1,26%.