Le Royaume Uni réaffirme sa position sur la question du Sahara Marocain

La Déclaration politique conclue, samedi à Londres, entre le Maroc et le Royaume Uni en marge de la signature d’un Accord d’Association entre les deux pays, réaffirme la position britannique sur la question du Sahara marocain en marquant son appui aux efforts sérieux et crédibles menés par le Maroc dans le cadre de son initiative d’autonomie.

C’est ce qui a été souligné par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. Dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de signature, M. Bourita a affirmé que « cette Déclaration politique est un engagement commun qui cristallise les relations entre le Royaume du Maroc et le Royaume-Uni, en les consolidant et en les approfondissant davantage en vue de l’établissement d’un partenariat stratégique fort, ambitieux et durable ».

 « C’est le couronnement d’un processus soutenu et dense avec les partenaires britanniques en vue de répondre aux effets induits par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne », a expliqué le ministre, notant qu’à travers la signature de ce document « les deux parties ont réussi à transformer le défi du Brexit en une véritable opportunité pour le développement continu de nos relations bilatérales ».

Lire aussi: Le Maroc et le Royaume-Uni concluent un accord d’association à Londres

Pour M. Bourita, « c’est un message fort, en direction de la communauté des affaires, des consommateurs des deux pays et toutes les autres parties prenantes pour la garantie, la continuité et le développement des échanges et des relations commerciales lorsque le Royaume-Uni cessera d’appartenir à l’UE ».

Bien plus, la Déclaration politique, a-t-il poursuivi, « tout en préservant les acquis des relations du Royaume avec l’UE, nous engage avec nos partenaires à œuvrer ensemble à l’élargissement et à l’extension des relations commerciales et d’investissement par une libéralisation encore plus poussée des échanges ».

Cette Déclaration, a-t-il ajouté, « institutionnalise, en outre, un mécanisme de coopération stratégique à travers notamment une réunion annuelle ministérielle, comme organe de pilotage du partenariat », notant que « d’autres instances sont, également, mises en place pour assurer un suivi régulier comme le Comité d’association et d’autres comités spécialisés notamment le Comité Agricole, le Comité chargé des Douanes et un Comité chargé du Commerce ».