Le revue de presse du samedi 28 mars

DR.

L’informel en danger, la chloroquine suscite l’espoir, pas de saturation du réseau mobile… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi:

Telquel
L’informel au pied du mur

Depuis l’annonce du confinement général de la population, pour une période d’au moins un mois, les Marocains travaillant dans le secteur informel, qui peinent déjà à joindre les deux bouts en temps normal, se trouvent dans une situation d’extrême précarité. Vendeurs ambulants, gardiens de voitures, tayabate dans les hammams, travailleurs journaliers, serveurs et garçons de café non déclarés… la mise en quarantaine de tout le pays pèse lourd sur les finances de millions de personnes désormais privées de sources de revenus et pour lesquelles des mesures d’aides tardent à être prises. “En se confinant de manière généralisée, les petites interactions sociales quotidiennes, qui permettent à cette économie informelle d’exister disparaissent », explique le sociologue Mehdi Alioua.

La Vie Éco
Riposte aux impacts de la pandémie

Les grandes mesures pour sauver l’économie. Un grand dispositif a été déployé pour contrer les effets de la crise sanitaire du Covid-19 sur l’économie marocaine. Un Fonds spécial a été créé pour la gestion de cette pandémie. Ce fonds est ventilé sur deux comptes, le premier comporte les aspects sanitaires et le second est dédié aux mesures d’accompagnement en lien avec les impacts économiques et sociaux. Plusieurs mesures ont été prises par les autorités publiques, dont un plan d’action qui s’étale jusqu’à fin juin, la suspension du paiement des charges sociales et mise en place d’un moratoire pour le remboursement des crédits bancaires au profit des entreprises, une indemnité de 1.000 DH pour le mois de mars et de 2.000 DH à partir d’avril pour les déclarés à la CNSS en arrêt provisoire de travail et le versement d’un milliard de dirhams au ministère de la santé pour se préparer, le cas échéant, à une éventuelle aggravation de la situation épidémiologique.

Maroc Hebdo
Chloroquine: l’espoir est permis

Même si le taux de guérison n’est pas proportionnel au taux de contamination, l’espoir est permis. Le 23 mars 2020, le ministère de la Santé approuve l’introduction de la chloroquine ou son dérivé l’hydroxychloroquine dans la prise en charge thérapeutique des cas confirmés, quelques jours seulement après avoir acheté à Sanofi Maroc tous les stocks des médicaments Nivaquine et Plaquenil à base de molécule qui fut distribué dans les centres hospitaliers universitaires et les hôpitaux régionaux et provinciaux. Déjà, à Rabat, un premier patient est traité et est testé négatif. A Casablanca, des réanimateurs de l’hôpital Moulay Youssef rapportent que plusieurs cas présentent des signes d’amélioration au 5e jour de leur traitement.

Le Matin
El Otmani: les dix prochains jours décisifs

Le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a souligné que les dix prochains jours seront décisifs dans la propagation de la pandémie de coronavirus au Maroc, ce qui nécessite la coopération, la solidarité et la conscience collective de chacun de nous pour réussir la mise en quarantaine et le respect des dispositions de l’état d’urgence sanitaire en vigueur il y a quelques jours. Dans son allocution à l’ouverture d’une réunion du Conseil de gouvernement, El Otmani a relevé qu’une augmentation du nombre d’infections a été enregistrée, ainsi que des cas de rétablissement, exprimant ses regrets pour le décès d’un certain nombre de citoyens contaminés par le virus et ses condoléances à leurs familles et leurs proches, indique un communiqué du ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, porte-parole du gouvernement, publié à l’issue du Conseil. El Otmani a rappelé que le Maroc est placé depuis quelques jours dans un état d’urgence sanitaire, appelant tous les citoyens à assumer leur responsabilité individuelle, « car aucune autorité ne peut obliger les gens à se mettre en quarantaine complètement, si les citoyens ne coopèrent pas entre eux ».

Maroc Telecom: “Aucun risque de saturation du réseau”.

Dans les circonstances actuelles où les mesures de confinement provoquent une hausse significative du trafic internet, Maroc Telecom rassure quant à la continuité de son activité dans d’excellentes conditions aussi bien en termes de réponses aux sollicitations de ses capacités réseaux qu’au niveau de ses centres d’appels et de ses agences. «Nous avons constaté une augmentation variant de 25% à 30% du trafic, sans aucune incidence sur la qualité de nos services», déclare Maroc Telecom dans son communiqué. Ainsi, Maroc Telecom précise que la capacité disponible des infrastructures existantes est suffisante pour supporter l’augmentation du trafic dans le contexte actuel.