Le PPS réagit au non remboursement des frais covid et interpelle El Othmani

2187

Suite à la polémique de non remboursement des frais liés au Covid-19, le Parti du progrès et du socialisme (PPS) a interpellé le chef du gouvernement, dénonçant une pratique allant à l’encontre du dernier discours royal, appelant à la généralisation de la couverture sanitaire pour tous les citoyens marocains.

Les frais médicaux liés au COVID-19 sont non remboursables par la caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS). L’annonce a fait polémique et a été l’occasion pour le PPS d’interpeller le chef du gouvernement Saad Eddin El Othmani.

Au vu de la situation épidémiologique, il est «est important  d’examiner le plus grand nombre possible de personnes susceptibles de transmettre le virus à leur entourage, dans le milieu familial ou professionnel, ou dans les lieux publics», affirme le PPS dans question adressé au chef du gouvernement.

 

Lire aussi: Les frais médicaux liés au COVID-19 non remboursables par la CNOPS

 

Le PPS plaide pour l’émission de directives à destination des organismes et agences de couverture santé. «La Sécurité Sociale et la Caisse Nationale de Sécurité Sociale ou les institutions d’assurances privées doivent intervenir pour supporter ces frais de divulgation, conformément à la logique de solidarité due à cette grave crise sanitaire, sociale et économique que traverse tout le pays».

De plus, PPS juge que le non-remboursement de ces frais est «incompatible avec la philosophie du dernier discours de sa majesté le roi à l’occasion de la fête du trône au cours duquel sa majesté a appelé à la généralisation de couverture sanitaire pour tous les citoyens marocains».

De ce fait, «il est devenu nécessaire, de toute urgence, de revoir le contenu de ce mémorandum interne, et de prendre de nouvelles mesures selon lesquelles le principe de prétolérance pour les dépenses de détection, de traitement et d’hospitalisation des personnes atteintes de Covid-19 est approuvé par les agences de couverture sanitaire publiques et privées», conclut la lettre.