Délits d’opinion: le porte-parole du gouvernement botte en touche

1015
Crédit: DR.

Le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, porte-parole du gouvernement El Hassan Abyaba, a considéré que les activistes, journalistes et youtubeurs inculpés dans le cadre de délits d’opinion «ont commis des délits punissables par la loi et n’ont pas exprimé leur opinion».

S’exprimant à l’occasion de la conférence hebdomadaire qui suit le Conseil du gouvernement, El Hassan Abyaba, a soutenu «qu’il faut faire la distinction entre s’exprimer librement et commettre un délit». «Un citoyen quel qu’il soit, médecin, instituteur ou journaliste est puni en cas d’infraction».

Le responsable gouvernemental a estimé qu’«il y a beaucoup de confusion dans cette affaire», niant que le Maroc «connaît des régressions en matière de droits de l’Homme».

«Le Maroc a une Constitution solide, un arsenal juridique étoffé et des institutions constitutionnelles chargées de veiller sur le respect des droits de l’Homme qui remplissent leur devoir dans ce cadre et entretiennent un dialogue permanent pour développer toutes ces lois», croit savoir le ministre.