Le port du masque et ses effets indésirables sur la peau

5835

Le port du masque est obligatoire lors de tout déplacement en dehors du domicile. Depuis quelques mois, notre visage a pris l’habitude de supporter au quotidien ce « corps étranger ». Ainsi confinée, comment réagit la peau? Éclairages.

Depuis quelques temps, de nombreuses personnes se plaignent d’irritations cutanées ou d’éruption de boutons à cause du port du masque. « Les plaintes concernant les boutons se sont manifestées vers juin quand il a commencé à faire chaud. La peau s’est mise à transpirer sous le masque. Cette humidité est propice aux bactéries, et par extension à la formation de boutons », témoigne Chama, pharmacienne dans le quartier de Hay Moulay Rachid, à Casablanca.

« Il s’agit surtout de femmes qui ont un problème hormonal ou en pleine puberté, ça ne favorise pas le traitement contre l’acné; aussi celles qui ont un excès de sébum. Les hommes également sont touchés par ce problème, notamment ceux qui se rasent et portent le masque juste après. La peau est déjà irritée et l’empêcher de respirer à ce moment-là n’est pas idéal », poursuit-elle.

Ce phénomène a donné naissance au néologisme anglophone « maskne », soit l’association des mots « masque » et « acné ». Plutôt que de l’acné, la dermatologue Dr Ibtissam Benjdia, basée à Casablanca, préfère parler de « dermites irritatives ou petites lésions d’eczéma dues au frottement ou à la transpiration, et qui régressent assez rapidement sous traitement ».

La spécialiste précise toutefois que ces symptômes apparaissent « surtout chez les personnes prédisposées ou à terrain atopique, ayant déjà une peau sensible, et donc plus sujettes à réagir au masque ». « Cela peut provoquer des petites poussées acnéiques chez des patients qui font déjà de l’acné. Mais ce n’est pas le masque qui va déclencher de l’acné », assure-t-elle.

 

Lire aussi : Les visières et masques à valve inefficaces contre le coronavirus, selon une étude

 

Pour contrer au mieux ces effets secondaires, la dermatologue et la pharmacienne préconisent toutes deux une bonne hygiène au niveau du nettoyage du visage mais aussi de l’alimentation (éviter de manger trop sucré et trop gras). Il faut également bien hydrater la peau avec des émollients adaptés à chaque personne.

« Si la peau est juste sèche et irritée, une bonne hydratation suffit. Dans le cas de lésions d’eczéma ou infection, il faudrait plutôt consulter, car le fait de continuer à porter le masque peut aggraver les lésions », détaille Dr. Benjdia qui contrairement à Chama, ne reçoit « pas beaucoup de demandes » à ce sujet.

« Il y a aussi beaucoup d’automédication donc quand c’est juste une petite irritation, les patients vont directement chez le pharmacien. Quand c’est plus important ou gênant, on les voit en consultation », explique-t-elle. « Ce sont surtout des patients déjà suivis pour des problèmes cutanés et que le masque va exacerber. En globalité, chez des personnes qui n’ont pas a priori de problèmes particuliers de peau, le masque est bien toléré ».

Autre astuce, les masques en tissu sont beaucoup moins irritants que les masques chirurgicaux, énonce le médecin. « Ils sont beaucoup mieux tolérés car le tissu est plus agréable et provoque moins d’eczéma de contact. En général c’est du coton donc cela pose moins de problèmes », fait-elle remarquer. Et de rappeler l’importance de changer régulièrement son masque chirurgical (minimum toutes les quatre heures), « surtout pour les personnes qui portent le masque toute la journée ».

C’est le cas notamment des professionnels de la santé, en première ligne dans la lutte contre le coronavirus, qui notifient en effet plusieurs réactions cutanées concernant le port du masque prolongé. « Je n’ai jamais eu autant de boutons de ma vie, c’est à cause du frottement du masque et de l’humidité de la transpiration », confirme Chama, pharmacienne à Hay Moulay Rachid. Et de conclure en plaisantant: « Nous n’avons plus qu’à attendre l’hiver ».