Le PJD et l’Istiqlal bloquent le vote de la loi-cadre sur l’enseignement

1171

La réunion de la Commission de l’enseignement chargée de voter le projet de loi-cadre de l’enseignement a été reportée à aujourd’hui, mercredi 3 avril. Pour la énième fois, le PJD fait pression sur ce texte en raison de la question des langues d’enseignement. 

« C’est la dernière fois que nous acceptons un report », s’exclament en chœur les députés de plusieurs partis de la majorité qui sont déterminés à passer au vote aujourd’hui, quelle que soit la position adoptée par le PJD aujourd’hui devant la Commission, rapporte L’Économiste dans sa livraison du jour. Le quotidien ajoute que plusieurs députés du PAM, parmi lesquels Abdellatif Ouahbi, ont menacé de boycotter les travaux de la Commission d’aujourd’hui.

Face aux passions que déchaîne ce projet de loi-cadre, le ministre de l’Education nationale, Saaïd Amzazi, a déjà fait des compromis mais ne peut outrepasser certaines limites imposées par la Constitution, les orientations royales et la majorité.

 

Lire aussi : Le PJD bloque la réforme sur l'enseignement

 

Les groupes parlementaires avaient trouvé un consensus, il y a quinze jours, quant à l’article relatif à l’enseignement des matières scientifiques et techniques en langues étrangères afin d’éviter la rupture linguistique entre le lycée et le supérieur. Mais la situation a subi un nouveau retournement avec une vidéo mise en ligne la veille de la réunion de la Commission, dans laquelle Abdelilah Benkirane appelle les députés du PJD à refuser de voter en faveur du projet de loi-cadre relatif à l’enseignement.

 

Lire aussi : Education: toujours pas de consensus sur les langues d'enseignement des matières scientifiques

 

Il a ainsi sommé le chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani de renoncer à ce texte, même si cela doit aboutir à un remaniement gouvernemental ou une dissolution du parlement.

Le domino qui a fait s’écrouler tous les autres. C’est donc un retour à la case départ pour les négociations à l’intérieur du parti et au sein de la Commission. Affaire à suivre.