Le parquet enquête sur des fausses factures et du blanchiment d’argent entre le Maroc et les Émirats

Le procurer auprès de la Cour d’appel de Casablanca enquête  avec l’auteur  de plusieurs vidéos publiées sur les réseaux sociaux,  portant des accusations graves sur des fausses factures, fraudes, arnaques et blanchiment d’argent.

La liste des accusations portées par un homme sur des vidéos relayées massivement sur les réseaux sociaux est large, rapporte Al Massae dans son édition du mardi 11 juin. D’après la même source, il s’agit de fausses factures, blanchiment d’argent, arnaque et non-respect du code des marchés publics entre le Maroc et les Émirats arabes unis. L’homme derrière la fuite de ses vidéos et leurs publications a cité plusieurs noms de hauts responsables marocains les accusant de s’enrichir en détournant de  l’argent public.

Face à ces accusations, le parquet de Casablanca a décidé d’ouvrir une enquête afin de comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire, développe le quotidien. Selon les premiers éléments de l’enquête, le principal accusé était spécialisé dans le faux, l’usage de faux et l’arnaque. Son schéma était le suivant: engager des chômeurs et utiliser leurs papiers administratifs dans la création de nouvelles sociétés pour arnaquer de grandes sociétés et des hauts responsables.

Lire aussi: Rabat: enquête ouverte sur deux individus pour détournement de biens publics et blanchiment d’argent

Au début, l’homme s’occupe de toutes les démarches et paye les premières factures avant de passer à de plus gros montants que l’accusé payait à l’aide de chèques sans provision. D’après la même source, l’homme s’est rendu compte qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt national et a commencé à menacer ses «partenaires» de publier des informations sur leurs activités illicites, selon ses dires. L’accusé est poursuivi pour arnaque, faux et usage de faux par plusieurs victimes à Casablanca, Marrakech et Abou Dhabi aux Émirats arabes unis.