Le mouvement des «Hors-la-loi» organise un sit-in digital

1809
DR.

Le mouvement des «Hors-la-loi» organise un sit-in de soutien à une femme condamnée à de la prison ferme après la publication d’une sextape sans son consentement.

Un sit-in digital de soutien a été lancé par les «Hors-la-loi» après la condamnation d’une femme originaire de Tétouan à 1 mois de prison ferme en se fondant sur l’article 490, indique un communiqué du mouvement.

«Hanaa est maman de deux enfants et vit dans une situation de précarité extrême. Elle a été victime d’exploitation sexuelle à des fins pornographiques par l’auteur de la vidéo qui a décidé, plusieurs années plus tard, de diffuser cette vidéo sans son consentement. Aujourd’hui, c’est elle qui se retrouve en prison tandis que l’auteur de ces infractions est en liberté», s’insurge le mouvement.

Le mouvement rappelle que «la loi marocaine est supposée protéger les victimes comme Hanaa, et non pas les punir» et que le responsable de la publication de la vidéo aurait dû écoper «de 5 à 10 ans d’emprisonnement selon l’article 448-1 du code pénal qui punit l’exploitation sexuelle à des fins pornographiques», ou encore selon «l’article 447-1, qui quant à lui, sanctionne la diffusion de vidéos privées sans le consentement de la personne concernée de 6 mois à 3 ans d’emprisonnement».

 

Lire aussi: Les « hors-la-loi » déposent une pétition au Parlement pour l’abrogation de lois « liberticides »

 

«C’est dire à quel point cet article est insidieux. C’est une arme entre les mains d’une justice complètement désensibilisée aux questions des violences faites aux femmes, de la protection de la vie privée et des libertés individuelles», poursuit le communiqué du mouvement qui appelle «chaque personne qui (les) soutient à poster sur ses pages, ce mercredi 3 février à partir de 9h du matin, le #STOP490 sur un fond rouge, symbole de sa participation au sit-in digital».

«Ce sit-in digital a pour objectif de soutenir Hanaa dans sa procédure d’appel qui vise à faire tomber sa condamnation au titre de l’article 490, ce qui serait une grande avancée pour notre cause», conclut le communiqué.