Arrivée des vaccins au Maroc: les raisons d’un retard

6048
DR.

Les vaccins ne sont toujours pas arrivés au Maroc. Les raisons? Pour le Pr. Azeddine Ibrahimi, c’est une question de spéculation.

« Nous avons le droit de demander où est le vaccin…et nous refusons de rester à la merci des fabricants… », s’insurge le professeur Azedine Ibrahimi, dans une publication partagée sur son compte Facebook. « Défi que nous acceptons avec de nombreuses compétences locales et migratoires… Si vous nous donnez l’occasion de le faire… »

« Pourquoi la vaccination a-t-elle été retardée, une question à laquelle tout le monde répond ces jours-ci avec de nombreuses rumeurs », poursuit le membre de la commission scientifique et technique sur la pandémie de covid-19, rappelant que l’achat de millions de doses ne signifie pas forcément la réception de ces doses et le lancement de l’opération de vaccination.

En effet, les transactions commerciales opérées par le Maroc « restent subordonnées à la situation mondiale pour fabriquer des vaccins et des spéculations commerciales autour d’eux ». Si le Maroc attend toujours sa commande, c’est notamment en raison de la capacité de fabrication du monde limitée, et ce, « malgré le développement des vaccins en un temps record ».

 

Lire aussi : Covid: pas d’immunité collective en 2021 malgré les vaccins, selon l’OMS

 

« Les entreprises ne seront pas en mesure de fabriquer les 10 milliards de doses nécessaires pour atteindre l’immunité collective. Ce qui aggravera le fait que les pays développeurs de vaccins ont acheté toutes les doses. Par exemple, l’Amérique et l’Europe ont acheté 800 millions de doses », souligne le spécialiste.

« Certains pays ont acheté trois à cinq fois plus de doses que leurs besoins »

Autre contrainte: les vaccins seront distribués en priorité dans les pays fabricants (Inde et Chine) et développeurs (Amérique, Europe). « Nous devons accepter que nous ne pourrons bénéficier d’aucune vaccination avant que ces pays ne le fassent. Ces États ne permettront pas que nous les précipitions car ils ont développé ou fabriqué ces vaccins ».

Pour les autres qui ne sont ni développeurs ni fabricants de vaccins, s’ils ont réussi à les acheter, c’est « grâce à une grande spéculation commerciale ». « Certains pays ont acheté trois à cinq fois plus de doses de vaccin que leur besoin en population, et ce, depuis juin », s’indigne Ibrahimi, notant « la cupidité de certains d’entre eux ». « Par exemple, le Canada a acheté cinq fois les doses dont il a besoin… »

« Pour ne pas toujours rester à la merci de ces pays et des sociétés développées et fabricantes de vaccins, nous devons développer maintenant un Maroc avec une indépendance scientifique qui lui permette de développer les vaccins et leur capacité de fabrication. Défi que nous acceptons avec de nombreuses compétences locales et migratoires si nous en avons l’occasion », a conclu le professeur dans sa publication.