Le Maroc intègre les eaux du Sahara dans son espace maritime

DR

Le Maroc a intégré mercredi les eaux du Sahara dans son espace maritime, en adoptant deux lois renforçant sa tutelle sur ses provinces du sud.

« Ces lois visent à réactualiser l’arsenal juridique national », en phase avec « la souveraineté totale du royaume sur ses frontières effectives, terrestres et maritimes », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avant l’adoption du texte par le Parlement à Rabat.

Les lois établissant la compétence juridique du Maroc sur l’espace maritime allant de Tanger (nord) à Lagouira, à la frontière mauritanienne, ont été adoptées à l’unanimité par les députés et saluées par des applaudissements.

Tensions

En gestation depuis des années, la délimitation des eaux a aussi, par le passé, suscité des tensions entre le Maroc et l’Espagne, notamment après des explorations pétrolières dans la zone.

La question sera abordée vendredi lors de la première visite à Rabat de la nouvelle ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez, a indiqué Bourita après le vote.

« Nous ne voulons pas imposer un fait accompli mais nous sommes prêts au dialogue avec l’Espagne dans le cadre de nos droits essentiels et souverains », a-t-il dit devant le Parlement.

Mi-décembre, le gouvernement espagnol avait rappelé au Maroc que la délimitation des frontières maritimes avec des pays voisins était régie par « un accord mutuel ».

Moins de 100 km séparent l’archipel espagnol des Canaries des côtes marocaines et chaque état est en droit de revendiquer un plateau continental allant de 200 à 350 milles marins.

Les nationalistes de la Coalition Canaries ont récemment exigé du gouvernement espagnol qu’il se plaigne auprès des Nations unies de « la décision du Maroc de poursuivre la nouvelle délimitation de ses frontières ». « Cette décision unilatérale concerne directement les Canaries », a protesté la formation avant le vote, sur son compte twitter.

Rabat avait ratifié la convention des Nations unies sur le droit de la mer en 2007, disposant alors d’un délai de dix ans maximum pour définir son plateau continental et ses frontières maritimes.

Consécration

Parallèlement à la ratification de ces lois et à sa politique de grands chantiers, le royaume table sur la diplomatie et le sport pour asseoir sa légitimité, depuis le cessez-le-feu signé sous la houlette des Nations unies avec le Polisario en 1991, après 16 ans de guerre.

La récente ouverture de quatre consulats étrangers dans la zone sous contrôle marocain a marqué « le début d’une consécration diplomatique », selon  Bourita.

Après les Comores, la Gambie, la Guinée et le Gabon, « plusieurs pays ont fait part de leur volonté d’ouvrir à leur tour des représentations diplomatiques pour exprimer leur soutien à la marocanité du Sahara », a-t-il assuré la semaine dernière lors d’une des inaugurations.