Le Maroc extrade un prédicateur australien vers l’Arabie saoudite

623
DR.

Un homme d’affaire et prédicateur de nationalité australienne a été extradé du Maroc vers l’Arabie saoudite malgré les protestations de son avocat le disant victime d’une erreur d’identification, a-t-on appris mercredi auprès de son épouse.

Le cas d’Osama Al Hasani avait mobilisé plusieurs organisations de défense des droits humains, dont Mena Rights group qui s’indigne mercredi sur son compte Twitter de cette extradition menée « malgré les risques prévisibles de torture et de disparition forcée dans ce pays ».

Le businessman australien résidant au Maroc avait été arrêté le 8 février à Tanger (nord) sur la base d’un mandat de recherche visant un Saoudien recherché pour un vol de voiture commis en 2015 en Arabie saoudite, selon son avocat Me Mohamed Al Bakri.

Mais, selon lui, l’homme recherché a une identité qui ne correspond pas à celle de Osama Al Hasani (les noms et les dates de naissance sont différents).

 

Lire aussi: Maroc: inquiétudes autour de l’extradition d’un Australo-Saoudien réclamé par Riyad

 

La cour de Cassation marocaine avait émis la semaine dernière un avis favorable à son extradition « sans accepter de mener une procédure de vérification d’identité et sans apporter la preuve qu’il est Saoudien », selon la même source.

« Osama a été extradé samedi vers Ryad et depuis je n’ai pas de nouvelles », a déclaré à l’AFP Hana Al Hasani, son épouse.

L’organisation ALQST (Justice) dédiée à la défense des droits humains en Arabie saoudite a appelé les autorités saoudiennes à le libérer, mercredi sur son compte Twitter.

Il n’a pas été possible d’obtenir d’informations sur ce dossier auprès des autorités marocaines.