H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Les autorités espagnoles ont lancé hier une vaste opération pour exhumer cinquante quatre dépouilles enterrées dans les îlots occupés près d’Al Hoceima. Une opération qui a suscité plusieurs rumeurs sur l’éventuelle cession de ces territoires.

    L’exhumation des dépouilles de 54 soldats espagnols a été décidée début juillet et entamée un mois plus tard, ce mardi 3 août, rapporte le média ibérique Ok Diario. Le plan d’exhumation qui nécessite le déploiement d’hélicoptères se poursuivra jusqu’au mois de septembre, précise la même source.

    Trente-six tombes se trouvent dans le cimetière de l’îlot occupé de Badis, situé à 126 kilomètres à l’ouest de Melilla et dix-huit tombes sur l’îlot de Nekor, à seulement à 4 km au nord-est d’Al Hoceima.

    Les personnes enterrées sur ces îlots sont toutes décédés entre le XVIIIe et le XXe siècles, précise la même source. Après l’approbation du chef d’état-major général de l’armée (JEME, Francisco Javier Varela Salas, les descendants ont eu un délai d’un mois pour décider des cimetières où devraient être à nouveau enterrées les dépouilles.

    À peine l’information révélée que la rumeur d’une possible cession de ces territoires revendiqués par le Maroc a commencé à circuler. Un scénario qui rappelle l’évacuation de l’Espagne au Sahara en 1975 lorsqu’un ordre similaire avait été donné.

    Toutefois, les autorités espagnoles ont été claires, «la raison derrière n’est que purement technique», indique le quotidien ABC. Le but étant de «conserver ces dépouilles dans les meilleures conditions possibles, en raison des conditions environnementales difficiles qu’elles ont subies au fil des années et des risques de glissements de terrain dus à l’activité sismique dans la région», a expliqué la Direction général de la communication du Commandement Général de Melilla.

    Share.

    Comments are closed.