Suicide d'une adolescente à Marrakech: l'AMDH accuse "Touche pas à mon enfant" de plagiat

Omar Arbib, membre de l’AMDH Marrakech-Section Ménara, a apporté des clarifications concernant le communiqué de l’association Touche pas à mon enfant, selon lequel une jeune fille se serait suicidée à Marrakech après que ses violeurs aient été libérés.
Omar Arbib nous a précisé que ce triste fait divers ne s’est pas produit cette année tel que l’a mentionné l’association Touche pas à mon enfant, mais plutôt en 2016. L’activiste s’est d’ailleurs insurgé contre ce qu’il qualifie de « plagiat » de la part de ladite association qu’il accuse d’avoir récupéré et publié des rapports secrets de l’AMDH.
« C’est inadmissible qu’une association récupère un rapport réalisé par nos soins et se l’approprie. De plus, le communiqué qu’ils ont sorti contient plusieurs fausses informations », nous a-t-il déclaré.

بيان صحفي منظمة "ماتقيش ولدي"صرحت منظمة "ماتقيش ولدي" بعد مرور سنة على قضية فتاة بنجرير التي أضرمت النار في جسدها…

Publiée par ‎Touche pas à mon enfant ماتقيش ولدي‎ sur Lundi 13 août 2018

Arbib explique que les faits se sont plutôt déroulés en 2015 et non en 2016 tel que l’a mentionné l’association. Alors que Nassima n’avait que 13 ans, cette dernière a été kidnappée près de la place Jamaâ El Fna à Marrakech par un groupe de quatre jeunes. Après que ses agresseurs aient été acquittés, la jeune fille a sombré dans une dépression et a tenté de se suicider trois fois en 2016. La troisième tentative lui a été fatale.
Arbib nous a également précisé que l’AMDH Marrakech-Section Ménara était toujours en contact avec la famille de la victime, et que la Cour de cassation était en train d’étudier l’affaire et pourrait intervenir afin de faire appel pour que les jeunes hommes soient enfin punis.