La revue de presse du mercredi 6 janvier

1631
DR.

ADM approuve le financement BEI, le taux de reproduction du covid se stabilise à 0,80, les IDE en baisse… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi:

L’Economiste

Télécoms: le régulateur verrouille la portabilité.

Du nouveau dans les télécoms! L’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) vient de rendre publique sa décision (18/20) portant sur la refonte des modalités et conditions de mise en œuvre de la portabilité des numéros de téléphone ( la possibilité de conserver le même numéro de téléphone tout en changeant d’opérateur). Cette décision a été prise suite à plusieurs consultations menées avec les trois opérateurs du marché: IAM, Médi Télécom (Orange) et Wana Corporate (Inwi). L’enjeu étant de prendre compte des benchmarks et des pratiques internationales, promouvoir la compétitivité entre opérateurs, assainir davantage les pratiques et assouplir les procédures afin de réduire les litiges, les pratiques anti-concurrentielles entre les exploitants des réseaux publics des télécoms ou encore des situations de blocage et surtout en finir avec les conditions favorisant des opérations de concentration économique. La nouveauté réside dans la modification et les compléments, voire les précisions introduites dans les conditions et modalités qui régissent la portabilité.

Aujourd’hui le Maroc

Régions du Maroc: un potentiel de 15 milliards de dollars à gagner.

Le potentiel des 15 milliards de dollars inexploité sur certains secteurs et régions émane de plusieurs origines. L’Association marocaine des exportateurs (Asmex) évoque dans ce sens les capacités existantes dormantes, les opportunités offertes par les dynamiques sectorielles, la forte demande mondiale non adressée aux entreprises marocaines et les projets structurants dans les programmes de développement régional. Quant à la répartition du potentiel global des exportations marocaines par secteur, elle ressort comme suit : 2,85 milliards de dollars pour la chimie et para-chimie, 2,64 milliards de dollars pour le textile, 2,14 milliards de dollars pour l’automobile, 1,8 milliard de dollars pour les produits de la mer, 1,7 milliard de dollars pour l’agriculture, 1,07 milliard de dollars pour l’agroalimentaire et 1,06 milliard de dollars pour l’aéronautique.

Maroc le Jour

 Covid-19: le taux de reproduction du virus se stabilise à 0,80.

Le taux de reproduction (R0) de la Covid-19 affiche une amélioration légère et continue et s’est stabilisé à 0,80 a indiqué le chef de la division des maladies transmissibles à la direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la Santé, Abdelkrim Meziane Belfkih. Présentant le bilan bimensuel relatif à la situation épidémiologique, Meziane Belfkih a souligné que cette amélioration est le fruit des efforts consentis et des mesures prises en la matière et respectées par les citoyens, espérant à cet égard de faire baisser le taux de reproduction du virus à moins de 0,7 dans les prochains jours. Il a, également, indiqué que la courbe épidémiologique hebdomadaire relative à la Covid-19 au Maroc a connu une baisse de 26% jusqu’au 3 janvier.

L’Opinion

 L’industrie du sport participe à 1,1% du PIB marocain.

Le Maroc n’est pas parvenu à faire une industrie du sport suffisamment performante et créatrice de valeur pour les Marocains, malgré ses atouts indéniables. L’un des principaux obstacles auxquels fait face le sport au Maroc est la manière dont il est perçu. Pour une grande majorité des Marocains, le sport ne revêt que des aspects ludiques et divertissants. Il n’est pas considéré à sa juste valeur et surtout il n’est pas suffisamment envisagé comme une industrie à part entière, alors qu’il représente selon les dernières estimations près de 1,1% du PIB marocain et qu’il pourrait être porté à 3% d’après l’Agence Française de Développement au Maroc grâce à la mobilisation des investissements privés, détaille Abdelkader Bourhim, ancien cadre dans plusieurs agences de conseil en marketing sportif et auteur du rapport intitulé : « Le sport que nous voulons ».

Al Yaoum Al Maghribi

Le flux IDE en baisse de 20% à fin novembre 2020.

Le flux net des Investissements directs étrangers (IDE) au Maroc a atteint 13,83 milliards de dirhams (MMDH) au titre des onze premiers mois de 2020, en baisse de 20% par rapport à fin novembre 2019, selon l’Office des changes. Ce résultat s’explique par une diminution des recettes des IDE de 23,1% à 23,8 MMDH, atténuée par le repli des dépenses de 26,9%, précise l’Office dans son bulletin sur les indicateurs des échanges extérieurs de novembre 2020. Pour ce qui est du flux net des investissements directs marocains à l’étranger (IDME), il a reculé de plus de 4,65 MMDH. Les IDME ont ainsi atteint près de 6,8 MMDH à fin novembre, en baisse de 31,8%, tandis que les cessions de ces investissements ont plus que doublé (+1,47 MMDH). L’Office des changes fait également savoir que les envois de fonds effectués par les Marocains Résidents à l’étranger ont enregistré une hausse de 3,9% à 61,91 MMDH.

Al Massae 

ADM approuve le financement BEI de près de 85 millions d’euro.

Le conseil d’administration de la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM), réuni récemment, a approuvé le contrat de financement de la Banque européenne d’investissement (BEI) d’un montant de prêt de 85 millions d’euro (l’équivalent de 893 MDH). Ce contrat de financement sans garantie de l’État est une première et une grande preuve de confiance, affirme ADM, lundi dans un communiqué. Réuni le 25 décembre dernier sous la présidence de M. Abdelkader Amara, ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, le conseil d’administration a également approuvé le budget de la société pour l’année 2021. Parmi les grandes lignes de ce budget, figure un chiffre d’affaires de 3,025 MDH, avec une hausse du trafic évalué à +21% par rapport à 2020, un linéaire de grosses réparations de 97 km, contre 70km en 2020 et un résultat négatif de -183 MDH.