La revue de presse hebdomadaire de ce samedi 5 décembre

1725
DR.

Un rapprochement économique entre le Maroc et la Mauritanie en vue, vers une structuration des acteurs de l’immobilier commercial, surtaxation des boissons alcoolisées en 2021. 

Telquel
Maroc-Mauritanie : Vers une intégration économique ?

Depuis l’opération menée le 13 novembre dernier par les Forces Armées Royales pour déloger les séparatistes du polisario, le Royaume affiche clairement sa volonté de consolider le trafic sur cet axe routier, traversé quotidiennement par 250 camions transportant quatre millions de tonnes de marchandises par an. Outre le goudronnage de la zone tampon de 5 km, le Maroc a annoncé l’installation de deux bases logistiques à Guerguerat et Bir Guendouz pour une enveloppe de 60 millions de dirhams. Le Royaume compte aussi doubler cette route terrestre par une connexion maritime. Evoqué par SM le Roi Mohammed VI dans le dernier discours de la Marche verte, le nouveau port Dakhla Atlantique permettra, entre autres, le cabotage (navigation à courte distance des côtes afin d’acheminer les marchandises) vers les ports d’Afrique de l’Ouest.

La Vie éco
Vers une structuration des acteurs de l’immobilier commercial

Le marché de l’immobilier commercial organisé a connu de bien meilleurs jours que pendant cette période. Il est actuellement en cours de transformation vers une industrie plus structurée, en accompagnement de l’évolution des préférences et des exigences des consommateurs. Il faut dire aussi qu’il reste tout récent et se cherche encore. En moyenne, les loyers en retail park sont deux à trois fois moins chers qu’en mall pour des surfaces similaires. Pour la même superficie, un loyer coûte en moyenne 150 DH/m2 en retail park au lieu de 400 DH/m2 en mall, mensuellement. Cela paraît normal, puisque le mall requiert un coût de construction conséquent, des aménagements plus importants, cible une clientèle premium et occasionne des charges fixes plus conséquentes. Le retail park, lui, est par défaut un centre commercial de mass market, avec moins d’aménagements communs, une implantation périurbaine et donc des charges inférieures comparativement aux malls.

Challenge
Les boissons alcoolisées seront surtaxées

En 2021, les boissons alcoolisées, devront coûter chers, très chers aux « bons pécheurs ». Ce renchérissement sera dû à l’augmentation de la taxe intérieure sur la consommation (TIC) qui, en fait, fait double emploi avec la TVA. Si le PLF de 2021 prévoit ainsi une augmentation des recettes de la TIC sur ce type de boissons, il faudra aussi prévoir d’autres conséquences non moins prévisibles. D’après le PLF 2021, amendé par la première Chambre du Parlement, les « bières sans alcool » devront être taxées, en matière de TIC, à 600 DH par hectolitre ou 6 DH par litre. Les bières avec alcool seront taxées à 1 150 DH par hectolitre ou 11,50 DH par litre. Les vins le seront à 850 DH par hectolitre ou 8,50 DH par litre. Enfin, les autres liqueurs et spiritueux à forte dose d’alcool, le seront à 18 000 DH par hectolitre, soit 180 DH par litre.