La revue de presse du vendredi 7 août

2424
DR.

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi:

L’Économiste 

Rabat: un plan de sauvegarde pour la kasbah des Oudayas.

Enfin, le site historique du kasbah des Oudayas de Rabat sera doté d’un Plan d’aménagement spécial et de sauvegarde (PASS). Le projet a été préparé par l’agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg dont relève ce site. Il est actuellement en phase d’enquête publique et le document est consultable au niveau de la commune de Rabat et du siège de l’arrondissement de Hassan. « D’une durée d’un mois, cette enquête a été prolongée jusqu’au 15 août prochain, alors qu’elle devait prendre fin le 5 juillet dernier », précise un élu et responsable au niveau de la commune de Rabat. « Après l’enquête publique, le projet devrait être adopté par le Conseil de la ville de Rabat et suivre par la suite le circuit administratif pour son homologation et sa publication au Bulletin officiel », explique une source proche du dossier.

Figue de barbarie: la production peine à reprendre.

La figue de barbarie au prix des fruits exotiques, voire plus. Les magasins de grande surface affichaient pas moins de 35 DH/kg pour des fruits dénués d’épines. Et les rares vendeurs ambulants proposent les gros calibres à 3 DH/pièce. Alors que les moyens et petits sont négociés entre 1 et 1,50 DH. Il y a trois ans, ces prix étaient compris entre 0,50 et 1 DH. La tendance haussière ayant été déclenchée par les infestations de la cochenille du cactus qui avait fini par décimer entre 30 et 50% des cultures. La lutte contre ce ravageur s’est matérialisée par l’arrachage de près de 2.000 km linéaires de cactus. Détecté pour la première fois dans la région des Doukkala et la zone de Rhamna en 2014, l’insecte s’est propagé rapidement vers le sud du pays. Face à l’ampleur du fléau, le ministère de l’Agriculture avait mis au point un plan de sauvetage doté de 80 millions de DH.

Aujourd’hui le Maroc 

Fonds d’investissement stratégique: le décret adopté.

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi sous la présidence du Chef de gouvernement Saad Dine El Otmani, a adopté le projet de décret N 2.20.528 portant création d’un compte d’affectation spéciale, intitulé « fonds d’investissement stratégique ». Présenté par le ministre de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration, ce texte, qui intervient en application des Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI contenues dans le discours royal adressé à la Nation à l’occasion du 21ème anniversaire de l’accession du Souverain au Trône de Ses Glorieux ancêtres, vise à mettre en œuvre un « plan ambitieux de relance économique, à travers la mobilisation de 120 milliards de dirhams et la création d’un Fonds d’investissement stratégique », a indiqué le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Porte-parole du gouvernement, M. Saaid Amzazi, dans un communiqué lu lors d’un point de presse, tenu à l’issue du Conseil de gouvernement.

L’Opinion 

Consultations médicales: le calvaire des oubliés de la pandémie.

Depuis la sortie du confinement et la reprise des activités, le secteur de la Santé peine à se reprendre en main. La liste d’attente se prolonge chez les médecins, et la reprise des consultations se fait à petits pas. Dans le secteur privé comme dans le public, les rendez-vous s’entassent et le suivi de tous les malades devient une tâche contraignante pour les médecins. Ce bouleversement des activités pourrait s’aggraver maintenant que les rumeurs d’un éventuel confinement circulent comme une traînée de poudre. « Au Maroc, nous étions conscients de ce problème. Nous avons certes arrêté les consultations et les hospitalisations non urgentes, car l’hôpital est le cheval de bataille contre la Covid-19 et ne doit pas se transformer en cluster infectieux », nous déclare Khalid Fathi, Professeur à la Faculté de Médecine de Rabat et gynécologue obstétricien à la la maternité Souissi.

Al Bayane

Covid-19/Emploi: l’économie marocaine perd 589.000 postes au T2-2020.

L’économie marocaine a perdu 589.000 postes d’emploi durant le 2ème trimestre de 2020 sous l’effet de la propagation de la pandémie du nouveau Coronavirus (Covid-19), l’état d’urgence sanitaire et le plein confinement, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP). « Le volume de l’emploi a baissé de 589.000 postes, résultant d’une perte de 69.000 en milieu urbain et de 520.000 en milieu rural, contre une création moyenne de 64.000 postes entre les deuxièmes trimestres des trois années précédentes », précise le HCP dans une note d’information relative à la situation du marché du travail au T2-2020, faisant état d’une baisse des taux d’activité et d’emploi. L’emploi rémunéré a enregistré une perte de 264.000 postes au niveau national, suite à une perte de 31.000 postes en milieu urbain et de 233.000 en milieu rural, relève la même source, ajoutant que l’emploi non rémunéré a connu, de son côté, une perte de 325.000 postes, conséquence d’une perte de 38.000 emplois en zones urbaines et de 287.000 en zones rurales.

Akhbar Al Yaoum 

Les caisses de retraite bientôt fusionnées en deux pôles.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaâboun, a affirmé que l’étude lancée par son département sur le projet de fusion des caisses de retraite en deux pôles public et privé, dans le cadre de la réforme globale des retraites, est fin prête. Intervenant lors d’une conférence de presse, le ministre a fait savoir qu’il était prévu de dévoiler ladite étude dans les derniers mois, mais la survenue de la pandémie du Coronavirus a causé le report de sa présentation. S’agissant des scénarios probables de la création d’un pôle de retraite, Benchaâboun a expliqué que la fusion de la CMR et du RCAR est une option envisageable, sans pour autant en dévoiler les modalités, ni le calendrier.