La revue de presse du vendredi 3 juillet

3249
DR.

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi:

L’Économiste

Faillites: la vague tant redoutée.

Pas moins de 2.554 liquidations judiciaires ont été prononcées au premier semestre dont moins de 200 sur les trois derniers mois. L’activité réduite dans les tribunaux en raison des mesures d’urgence sanitaire a fait embellir ce tableau. En outre, les mesures de soutien du Comité de veille économique ont permis de contenir la mortalité des entreprises. Mais le soutien public ne sera pas permanent. Des milliers d’entreprises pourraient baisser le rideau dans les prochains mois. Les faillites devraient bondir de 33% entre 2019 et 2021 à l’échelle internationale selon les dernières prévisions de Coface.

Aujourd’hui le Maroc 

Le PLF 2021 coupe dans l’emploi public.

Alors que le projet de loi de Finances rectificative tient l’opinion publique en haleine, les responsables pensent déjà au projet de loi de Finances 2021. Dans ce sens, un document du chef de gouvernement invite les membres du gouvernement à réduire au strict minimum la création de postes budgétaires dans l’administration publique. «En raison du prolongement attendu des effets négatifs de la pandémie sur la dynamique économique et la situation budgétaire, en l’occurrence le recul important des recettes de l’Etat, il est préconisé de poursuivre les efforts visant à rationaliser les ressources disponibles en perspective d’atteindre progressivement les équilibres macroéconomiques», lit-on dans le document.

L’Opinion 

La hausse du smig et du smag face à la crise.

Censée entrer en vigueur à compter du 1er juillet, la deuxième hausse du SMIG et du SMAG actée à l’issue de l’accord tripartite sur le dialogue social signé en avril 2019, trébuche sur les réalités d’un terrain économique miné par la crise post-Coronavirus. Face au silence assourdissant du gouvernement et son inaction, des voix s’élèvent pour demander le règlement de ce dossier épineux dans un cadre institutionnel de manière à préserver les intérêts des salariés, comme ceux des employeurs. Le but étant d’éviter une vague de licenciements qu’on annonce inéluctable en raison de l’incapacité d’un grand nombre d’entreprises en difficulté d’acter une hausse certes légère, mais loin d’être insignifiante de leur masse salariale en ces temps de crise.

Al Ahdath Al Maghribia 

Le Maroc prendra les mesures nécessaires pour défendre sa sécurité nationale.

Le Royaume du Maroc prendra les mesures nécessaires pour défendre sa sécurité nationale, ainsi que pour éclairer l’opinion publique nationale et internationale au sujet de ces allégations rejetées, a affirmé le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, M. Saaid Amzazi. Dans un communiqué lu là l’issue de la réunion du Conseil de Gouvernement, Amzazi a fait savoir que le Conseil de gouvernement, réuni sous la présidence du chef du gouvernement, M. Saâd Dine El Otmani, a débattu à la fin de ses travaux, du rapport d’Amnesty international du 22 juin dernier, indiquant que « le Royaume du Maroc, qui a fait l’objet d’une campagne de diffamation internationale injuste, insiste pour obtenir une réponse officielle de la part de cette Organisation qui prétend défendre les droits de l’Homme : une réponse qui comprend toutes les preuves matérielles auxquelles elle aurait eu recours pour porter préjudice au Maroc ».

Al Alam 

Dakhla: Destruction d’une grande quantité de chira et de produits illicites d’une valeur de 186 MDH.

Les services compétents ont procédé, mardi à Dakhla, à la destruction par incinération de plus de 15,80 tonnes de chira (résine de cannabis) et de produits illicites, dont la valeur est estimée à 186 millions de dirhams (MDH). Cette grande quantité de chira et de produits illicites avaient été saisis au cours de plusieurs opérations effectuées par les différents services sécuritaires au niveau de la région de Dakhla-Oued Eddahab durant la période allant du 15 janvier au 31 mars 2020, selon la direction inter-régionale du Sud des douanes. Ainsi, l’incinération a concerné 15 tonnes et 804 Kg de chira, 14 tonnes et 664 Kg de tabac parfumé (maassel), 511.420 de paquets de cigarettes et 72 comprimés psychotropes.