La revue de presse du vendredi 24 avril 2020

1681
DR.

Lancement du dépistage par échantillonnage, Zoom sur les livreurs, l’incontournable trait d’union en période de confinement, Le bout du tunner pour les marocains de l’étranger…Les principaux titres développés par la presse nationale ce vendredi 24 avril. 

 

L’Economiste
Covid : Le dépistage par échantillonnage lancé

Ni les pouvoirs publics, ni le secteur privé, ne peuvent supporter la facture d’un confinement «permanent» ou une résurrection d’un virus saisonnier. D’ores et déjà, il faut s’armer de science et préparer un déconfinement (partiel) pour sauver l’économie, préserver les emplois, et garantir une reprise. Pour y parvenir, Khalid Aït Taleb appelle au renforcement du dépistage Covid-19 au sein des unités industrielles. Concrètement, il sera procédé à l’identification, pour chaque structure, d’un échantillon de personnes qui vont être l’objet de dépistage, en commun accord avec les autorités concernées. Selon le ministre de la Santé, des équipes médicales seront mobilisées pour mettre en œuvre cette opération.

Coronavirus : Pas de norme de sécurité pour les usines

En l’absence de normes de sécurité dans le domaine de la lutte contre la propagation du coronavirus, certains responsables d’usines se sont vu imposer des distances entre collègues (8m2 par ouvrier, par exemple) impossible à assurer en raison de la superficie des locaux. Dans d’autres cas, on exige moins. Les documents publiés jusqu’à présent par les ministères de la Santé et de l’Industrie notamment «Procédures et conduites à tenir sur les lieux de travail», ne prévoient pas de normes dans ce sens. Ce qui donne lieu à des interprétations subjectives des considérations de sécurité.

Aujourd’hui le Maroc
Masques de protection : 8 DH la boite

Les masques subventionnés sont vendus dans les officines dans des cartons contenant des boites de 10 unités, avec des marges bénéficiaires fixées pour les grossistes et les pharmacies. Ainsi, le prix de la vente au public est de 8 dirhams TTC (pour une boite de 10 unités) au niveau des officines. Les marges bénéficiaires des fournisseurs aux grossistes, ainsi que les marges bénéficiaires des grossistes et des pharmaciens ont été fixées par la Direction générale du commerce relevant du ministère de l’Industrie et du commerce. Pour permettre un meilleur suivi de l’approvisionnement de ces masques subventionnés, et pour assurer leur disponibilité au plus grand nombre des citoyens, les pharmaciens ne doivent délivrer qu’une boite de 10 unités par client.

L’Opinion
Solidarité : Est venu le temps de la Consom’action

Privilégier les services et les produits locaux est bon pour l’environnement en général et pour l’économie nationale en particulier, surtout dans le contexte de la pandémie de coronavirus. Pour contribuer à cette « consom’action», il faut remplacer les produits et les services importés par des alternatives locales. Les produits issus de l’industrie du textile de notre pays n’ont rien à envier à ceux importés de l’étranger. Des milliers d’agriculteurs et de coopératives travaillent au quotidien pour préparer des produits de qualité qui n’attendent que vous!

Taounate: Unités médicales mobiles

Deux unités médicales mobiles ont été remises à la délégation provinciale de la santé de Taounate, dans le cadre de la contribution de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) aux efforts déployés au niveau de la province pour lutter contre le nouveau Coronavirus (Covid19). La livraison de ces deux unités a eu lieu, dernièrement, en marge de la réunion du Comité provincial de veille, en présence du gouverneur de la province, Saleh Daha, indique un communiqué de la province. Une enveloppe totale de 720.000 DH a été mobilisée pour l’acquisition de ces véhicules dans le cadre du programme relatif au rattrapage des déficits en infrastructures et services sociaux de base de l’INDH, précise-t-on.

Al Bayane
Les livreurs, l’incontournable trait d’union en période de confinement

Après la déclaration de l’état d’urgence sanitaire dans le Royaume, les Marocains se sont confinés chez eux en application des mesures de distanciation sociale et les familles ont trouvé refuge dans les sites électroniques et les applications disponibles pour se faire livrer les produits de première nécessité sans prendre de risque de sortir. Une réalité ayant contribué à la promotion des services de livraison à domicile, érigeant du jour au lendemain les livreurs en un trait d’union, parfois unique, entre les produits et les consommateurs. A cet effet, Mounir, un livreur à domicile, a confié, après avoir pris congé d’un client au téléphone, que son travail est semé de dangers, expliquant qu’auparavant, son seul souci était de livrer les repas aux clients en moins de 30 minutes alors qu’à présent, sa principale crainte et préoccupation est d’être contaminé vu ses multiples déplacements, son contact au quotidien avec les clients et sa fréquentation des centres commerciaux.

 

Al Massae
Le bout de tunnel pour les Marocains bloqués à l’étranger

Au moment où les ressortissants marocains bloqués à l’étranger, depuis la fermeture des frontières et la suspension des vols, aspirent à une solution à leur situation, les prémices d’une issue verront peut-être le jour très bientôt. En effet, le gouvernement planche sur l’examen des modalités qui permettraient un rapatriement sûr de ces Marocains. Selon les premiers recensés, l’opération de rapatriement se ferait par étape après la catégorisation des personnes concernées selon plusieurs critères. En coordination avec les services consulaires du Royaume, le ministère des Affaires étrangères assure l’accompagnement des personnes bloquées et leur fournit l’aide nécessaire en attendant le feu vert pour commencer les rapatriements.

Le ministère de la Santé renforce ses rangs

Dans le but de renforcer le staff médical des hôpitaux en cette période de lutte contre le covid-19, le ministère de la Santé a annoncé l’organisation d’un concours de recrutement de personnel de la santé. Confinement oblige, la sélection se fera sous forme d’un entretien oral à distance, affirme le ministère précisant que 299 postes de médecin et 852 postes d’infirmier et technicien de santé sont à pourvoir.

 

Akhbar Al Yaoum
Covid-19: ADM poursuit la réalisation des chantiers stratégiques

La société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) a annoncé avoir mis en place un dispositif exceptionnel pour assurer la continuité des chantiers stratégiques de travaux de maintenance et de développement du réseau autoroutier, et ce, conformément aux standards de sécurité et de qualité en vigueur. Le Royaume a pris des actions « majeures » et « immédiates » pour contrer la propagation du COVID-19, lesquelles ont conduit à un ralentissement du rythme des travaux de maintenance et de construction des infrastructures autoroutières en cours de mise en œuvre, constate un communiqué d’ADM, soulignant que plusieurs mesures ont été prises pour pallier les effets de la crise du coronavirus sur la continuité des chantiers. En effet, ajoute le communiqué, les mesures sanitaires préventives recommandées par les autorités compétentes contre la propagation du Covid-19 ont été mises en œuvre et respectées à la lettre sur l’ensemble des chantiers et les plannings initiaux ont été revus pour prioriser les travaux au niveau des sites présentant un fort trafic en temps normal.

Un bureau d’ordre digital dédié aux TPME

L’Agence Maroc PME a mis en place son bureau d’ordre digital permettant aux Très petites, petites et moyennes entreprises (TPME), aux prestataires de services et à ses partenaires d’adresser leurs courriers et requêtes par voie électronique. S’inscrivant dans le cadre des mesures prises pour faire face à la pandémie du Coronavirus (Covid-19), le bureau d’ordre digital s’adosse à une plateforme interne de gestion de courrier dotée d’un parapheur électronique facilitant le télétravail et garantissant la célérité de traitement et du suivi des courriers entrants et sortants via des workflow d’affectation et de validation, indique l’agence dans un communiqué. Cette initiative fait suite à la circulaire du ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration adressée aux administrations et organismes publics, portant sur la gestion par voie électronique des flux des courriers dans l’objectif de limiter les échanges physiques de documents et de courriers administratifs.