La revue de presse du vendredi 1er mai

DR.

Voici les principaux titres développés dans la presse quotidienne de ce vendredi:

Al Bayane 

1er mai virtuel: préserver la santé des travailleurs, sauvegarder l’emploi et relancer l’économie nationale!

A l’occasion du 1er mai, le secrétaire général de l’UMT, Miloudi Moukharik a appelé les autorités compétentes à renforcer le dispositif des mesures préventives dans les lieux du travail, et les employeurs à ne pas exploiter cette crise pandémique pour mettre à la rue des salariés. « Il faut maintenir et entretenir l’élan de solidarité nationale et cette mobilisation de solidarité pour réussir une relance de l’économie nationale, en préservant la santé et la sécurité des travailleuses et des travailleurs », a indiqué pour sa part, Abdelkader Zair, secrétaire général de la (CDT). De son côté, l’organisation démocratique du travail (ODT) a exhorté le ministère de l’emploi et de l’insertion professionnelle à indemniser les travailleurs et les travailleuses contaminés sur les lieux du travail par le nouveau coronavirus et de prendre en charge tous les frais occasionnés par les soins dans ce sens.

Aujourd’hui le Maroc 

Casa Transports planche sur un plan de circulation.

Casa Transports s’active! Un appel d’offres vient d’être lancé pour l’élaboration du plan de circulation à Casablanca dans les zones d’influence des lignes de tram T3 et T4 et de Bus à haut niveau de service (BHINS) LS et L6. Par ailleurs, le réseau TCSP de Casablanca prévoit à l’horizon 2023 une 3ème et une 4ème ligne de tramway sur un tracé de 26 km.

Al Alam

Déconfinement: vers un plan de 100 jours.

Les autorités se dirigeraient vers une levée progressive du confinement dans le cadre d’un plan de 100 jours. Ce plan se décline sur 4 phases, dont la première concerne la préparation dès le 1er mai, tandis que la 2ème phase est celle de la mise en œuvre et s’étale du 20 mai au 1er juin. La 3ème étape concerne la consolidation et l’observation (1er juin au 1er juillet), alors que la dernière étape prévoit le retour à la normale et ce, en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique. Ce plan a pour objectif de remplacer l’état d’urgence sanitaire de façon progressive.

Akhbar Al Yaoum

Laftit: pas de circulation inter-villes après le déconfinement.

Les dispositions de déconfinement prévu pour le 20 mai, n’incluent pas la possibilité de circulation entre les villes, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, soulignant que l’interdiction jusque-là du transport entre les villes de Royaume a aidé à limiter la propagation du Coronavirus. Intervenant en commission de l’Intérieur à la Chambre des représentants, Laftit a noté que « personne n’essaie de restreindre la liberté de circulation, mais la mesure est encore nécessaire ». D’après les données recueillies à travers le monde, l’éradication du Covid-19 ne semble pas être pour bientôt, a-t-il ajouté, notant que les Marocains devront apprendre à cohabiter avec cette pandémie. Il a, par ailleurs, fait savoir que son département planche actuellement sur les scénarios de l’après 20 mai et ce, en fonction du développement de l’épidémie.

Al Ahdath Al Maghribia

Covid-19: 5,1 millions de familles ont bénéficié des aides du Fonds spécial.

Un total de 5,1 millions de familles ont bénéficié des aides financières du Fonds spécial pour la lutte contre le nouveau coronavirus (Covid-19), a indiqué mercredi à Rabat le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit. Le fonds a permis de soutenir 800.000 personnes affiliées à la CNSS, en arrêt de travail, et 2,3 millions familles détentrices de la carte Ramed, impactées par le Covid-19, en plus de deux millions de ménages non-Ramédistes, a expliqué le ministre lors d’une réunion de la Commission de l’intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants. Après avoir mis en avant les mesures prises pour faire face aux retombées de la pandémie avec comme premier objectif la protection des citoyens, M. Laftit a souligné que la mise en œuvre optimale de l’état d’urgence sanitaire requiert avant tout « une conviction profonde de tous les citoyens en leur destin commun ».