La revue de presse du vendredi 16 octobre

1791
DR.

Il y a 45 ans l’annonce de la Marche verte, l’IR suspendue pour les recrues en CDI, la sonnette d’alarme du HCP… voici les principaux titres développés par la presse quotidienne de ce vendredi: 

Le Matin

Il y a 45 ans, l’annonce de la glorieuse Marche verte.

Le peuple marocain célèbre, vendredi, le 45ème anniversaire de l’annonce par feu SM Hassan II de la glorieuse Marche verte, un moment fondateur de l’Histoire du Maroc contemporain qui a suscité un élan patriotique inégalé pour le parachèvement de l’unité territoriale du Royaume. En effet, les Marocains des anciennes et nouvelles générations commémorent chaque année avec une immense fierté cette date phare qui a profondément façonné la vie politique au Royaume et a marqué un tournant décisif dans la lutte pour la récupération des provinces du Sud. C’est un 16 octobre de l’année 1975 que feu SM Hassan II avait annoncé cette grande marche populaire qui a abouti à la libération des provinces du Sud, et ce suivant la confirmation par la Cour Internationale de Justice (CIJ) de La Haye de l’existence de liens juridiques et d’allégeance entre les Sultans du Maroc et les tribus sahraouies.

L’Economiste

Kénitra reprend en main sa nouvelle décharge.

Située près d’oued Sebou, la décharge actuelle de la ville de Kénitra constitue une menace pour la préservation de la qualité des eaux de ce fleuve qui se jettent dans l’océan Atlantique. Une telle situation va pousser les responsables de la ville à l’ouverture d’une nouvelle décharge sous forme d’un centre d’enfouissement et de valorisation (CEV) des déchets ménagers. Ce centre sera aménagé sur un site de 40 ha situé près de la zone industrielle. Un appel d’offres dans ce sens a été lancé par la commune de Kénitra avec 5 opérateurs en concurrence pour décrocher le marché de la gestion déléguée du CEV, confie une source proche du dossier. En ce qui concerne le coût d’investissement de ce contrat, notre source se contente de signaler qu’il devrait porter sur un montant important permettant la réalisation de l’ensemble des prestations prévues dans le cahier des charges.

Aujourd’hui le Maroc

PLF 2021: l’IR suspendu pour les recrues en CDI.

Face à une situation compliquée sur le plan économique et son impact sur le chômage, le gouvernement veut anticiper. Le projet de loi de Finances (PLF 2021) attendu dans les prochaines heures au Parlement, va encourager les entreprises à recruter. Dans ce sens, l’une des dispositions phares du PLF 2021 va instituer une exonération de l’IR (Impôt sur le revenu) pour le recrutement des jeunes dès 2021. Une exonération qui va durer deux années. Dans le détail, les salaires versés aux jeunes lors de leur premier recrutement vont bénéficier d’une exonération de l’Impôt sur le revenu pour 24 mois à condition que leurs contrats de travail soient à durée indéterminée (CDI). L’emploi des jeunes sera ainsi une priorité et la progression du chômage deviendra la hantise des responsables dans un contexte post-Covid.

L’Opinion

Le ministère du Tourisme lance le label « Welcome Safety ».

Afin de relancer le secteur touristique au Maroc d’une part, et de garantir la sécurité des voyageurs d’une autre, le ministère du Tourisme a annoncé la création du label « Welcome Safety ». Ce nouveau label définit les exigences, les recommandations et les préconisations devant être respectées par les Établissements d’Hébergement Touristique (EHT) pour prévenir et gérer tout risque de contamination par la Covid-19. « Welcome Safety » intervient en réponse aux exigences d’une clientèle nationale et internationale en matière d’hygiène et de sécurité sanitaire. Il inscrira les EHT dans une démarche d’amélioration continue, et servira également à distinguer et valoriser les établissements conformes auxdites exigences sanitaires.

Al Bayane

Tanger: la DGSN réagit à l’appel d’une femme sur la disparition de son enfant mineur.

Les services de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) ont réagi avec célérité et un grand sérieux à l’appel d’une femme diffusé sur un site d’information sur les circonstances suspectes de la disparation à Tanger de son fils mineur âgé de 13 ans. Le service préfectoral de la police judiciaire de Tanger a pris contact avec la femme concernée, et a consigné ses déclarations dans un procès verbal, et procédé à une série de recherches et d’investigations qui ont permis d’identifier le lieu où se trouvait l’enfant déclaré disparu, indique mercredi la DGSN dans un communiqué, ajoutant que le mineur a été retrouvé dans un centre de protection sociale à Tanger. Les recherches effectuées ont conclu à l’absence d’un motif criminel dans cette affaire, rassure le communiqué, précisant qu’il s’est avéré que l’enfant s’était égaré de sa mère à Tanger, et a été retrouvé abandonné par une patrouille de police de secours qui l’a remis à un centre de protection sociale dans l’attente de l’identifier, notamment que l’enfant était dans un état psychologique qui ne permettait pas de localiser son domicile ni de déterminer l’identité de sa famille.

Al Massae

Coronavirus: la sonnette d’alarme du HCP.

Le Haut Commissariat au Plan (HCP) vient de révéler des données alarmantes sur le développement du coronavirus au Maroc. En effet, le HCP prévoit la contamination d’un demi-million de Marocains d’ici la fin d’année, dont 25% dans la région Casablanca-Settat. Aussi, le système de santé risque d’être en « état de saturation » si le nombre des cas actifs dépasse les 31.000, indique le Haut Commissariat, faisant savoir que plus de 23.000 personnes sont sous traitement dans leur domicile ou dans les établissements de santé, ce qui augmente le risque de saturation des hôpitaux. D’autre part, le HCP explique qu’un reconfinement total ne pourra baisser le nombre de contamination sur le court terme, notant que les cas de contaminations pourront baisser en cas de reconfinement de longue durée.

Al Yaoum Al Maghribi

Benchaâboun: mobilisation de 11% du PIB pour relancer l’économie.

Les priorités du plan de relance économique au Maroc et le rôle que jouera notamment le Fonds Mohammed VI pour l’investissement, ont été présentés par le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, lors d’une conférence virtuelle, tenue mercredi, à l’occasion des Assemblées annuelles du Fonds monétaire internationale (FMI) et de la Banque mondiale. L’avènement de la Covid-19 a mis en évidence un certain nombre de fragilités au Maroc et a obligé les pouvoirs publics à revoir les priorités du moment, a indiqué M. Benchaâboun expliquant que le gouvernement a concentré ses efforts sur trois axes énoncés récemment par SM le Roi Mohammed VI dans un discours à l’ouverture du parlement. « Nous avons essayé de faire en sorte qu’un plan de relance économique soit érigé en priorité et qu’il soit original dans la manière avec laquelle il doit être conduit », a fait savoir M. Benchaâboun, notant qu’une enveloppe globale de 11% du PIB a été mobilisée pour relancer l’économie. « Ces 11% se répartissent de la manière suivante: 7% qui seront dédiés à tout ce qui concerne les garanties accordées par l’Etat à l’économie. Et 4% du PIB qui sont consacrés à un fonds d’investissement stratégique, à savoir le Fonds Mohammed VI d’investissement », a-t-il précisé.