La revue de presse du vendredi 15 janvier

1535
DR.

Un conseil de gouvernement à Dakhla, des Polonais investissent dans le Sahara, la croissance prévue à 4,6%.. Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi: 

L’Economiste

Les régions se mettent à l’audit interne.

Les conseils régionaux vont franchir une nouvelle étape en matière de mise à niveau de leur gouvernance. Après la finalisation du chantier du transfert des attributions prévues par la loi organique sur les régions, les conseils élus vont bénéficier d’un appui pour moderniser leurs outils de gouvernance. C’est dans ce cadre que s’inscrit le nouveau projet de mise en place d’une filière d’audit interne au niveau de 12 conseils régionaux. Ce projet est piloté par la Direction générale des collectivités territoriales (DGCT), en partenariat avec l’AFD, l’Inspection générale de l’Administration territoriale et l’Association des régions. Pour Khalid Safir, wali directeur général des collectivités territoriales, ce projet répond aux exigences de renforcement de la décentralisation et de l’adoption par les conseils des régions des bonnes pratiques en matière de gestion.

Maroc le Jour

Sahara marocain: le Royaume peut compter sur la France.

Dans la question du Sahara, le Maroc peut compter sur la France qui le considère comme un partenaire stratégique fiable, a affirmé Bruno Fuchs, député MoDem (majorité présidentielle). Il est certain que « le conflit du Sahara a suffisamment duré et qu’il faut lui mettre un terme ». Comme il est certain que la position américaine de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara est « une très bonne initiative » et « un mouvement qui peut être vertueux et qui doit être poursuivi et accompagné » car il constitue « un pas très important vers la résolution de ce conflit », a indiqué Fuchs dans un entretien à la MAP. Aujourd’hui, « la France a une position qui est très voisine. Très proche en tout cas » et souhaite l’inscrire dans « une approche multilatérale », a-t-il souligné. « La France, dans toutes les expressions du Quai d’Orsay est très, très proche du processus qui est proposé là, dans la mesure, effectivement, où il y a un processus d’autonomie proposé pour les populations sahraouies», a expliqué Bruno Fuchs, également membre de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale.

Al Bayane

De grands groupes polonais veulent investir dans les provinces du Sud du Royaume.

De grands groupes polonais opérant dans différents secteurs économiques ont décidé d’investir au Maroc notamment dans les provinces du Sud. Lors d’une séance de travail à Varsovie avec l’Ambassadeur du Maroc en Pologne, Abderrahim Atmoun, plusieurs opérateurs polonais ont fait part de leur souhait de se rendre en visite dans les provinces du Sud et matérialisé leur décision d’investir dans les provinces du Sud dans une déclaration signée à cette occasion. Ils ont également exprimé leur admiration face à la stratégie du Maroc pour le développement économique notamment au niveau des régions. Lors de cette réunion, Atmoun a présenté les opportunités d’investissement dans les provinces du Sud du Royaume, qui sont devenues une zone d’investissements par excellence grâce à leurs multiples avantages fiscaux et atouts géographiques.

L’Opinion

Casablanca: 55 millions de m3 d’eau de pluie partis en mer.

A raison de 250 mm d’eau de pluie en 6 jours, le périmètre de Casablanca a connu des précipitations équivalentes à 55 millions de m3 d’eau potentiellement potable dont la majeure partie à tout simplement fini en mer causant en cours de route des dégâts importants dans les infrastructures et les biens des Casaouis. Le volume de ces eaux était pourtant équivalent à la quantité d’eau consommée par tous les habitants de la métropole pendant 6 mois. A cause du manque criant d’espaces verts capables d’absorber les eaux de pluies, du bétonnage intensif qui a réduit à zéro le taux d’infiltration hydrique et du manque d’un système complet de captage et de valorisation des eaux pluviales, les dernières précipitations exceptionnelles se sont transformées d’une aubaine en fléau.

Akhbar Al Yaoum

Maroc: la croissance prévue à 4,6% en 2021.

L’économie nationale devrait enregistrer une croissance de 4,6% en 2021, après une récession de 7% au cours de l’année écoulée, prévoit le Haut-Commissariat au Plan (HCP). « Tenant compte d’une évolution de 4,7% prévue des impôts et taxes sur produits nets de subventions, le produit intérieur brut (PIB) devrait enregistrer une croissance de l’ordre de 4,6% en 2021 », indique le HCP qui vient de publier le Budget économique prévisionnel 2021. En valeur, le PIB devrait progresser de 5,8%, précise la même source, notant que cette évolution fait ressortir une légère hausse de l’inflation, mesurée par l’indice implicite du PIB, de 1,1% au lieu de -0,1% en 2020.

Al Yaoum Al Maghribi

Aït Taleb: l’immunité collective pourrait être atteinte début mai.

L’immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai, sur la base d’un calendrier vaccinal de 12 semaines, a estimé le ministre de la santé Khalid Ait Taleb. Dans un entretien accordé à BAB, le magazine mensuel de la MAP, le ministre de la santé a indiqué que sur la base d’un calendrier vaccinal de 12 semaines, « on pourrait éventuellement être en immunité collective début mai », expliquant qu’au vu des indicateurs scientifiques et épidémiologiques reconnus par l’OMS, il faudrait toucher plus de 60% de la population pour atteindre l’immunité collective. Le Royaume a fait le choix de cibler 80% de la population afin de sortir rapidement de cette pandémie l’ayant impacté socialement et économiquement, a souligné le ministre, précisant cependant, que la réalisation de l’immunité collective prendra du temps.

Assahraa Al Maghribia

Le Conseil de gouvernement tenu à Dakhla.

C’est depuis la ville de Dakhla que le Chef du gouvernement Saâd Eddine El Otmani a choisi de répondre aux ennemis de l’intégrité territoriale qui ont préfèrent véhiculer des allégations infondées. En effet, le Chef du gouvernement a décidé de tenir, dans la « perle du Sud », le Conseil de gouvernement par visio-conférence. « La réponse pragmatique et effective aux adversaires consiste en la poursuite des victoires diplomatiques réalisées dans la cause nationale, sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI », a-t-il expliqué, relevant que les trois régions du Sud connaîtront une réelle dynamique diplomatique, économique et d’investissement.