La revue de presse du samedi 6 mars

1597
DR.

Débat sur la présence des MRE au Parlement, le Brésil troisième client du Maroc, les industriels marocains paniqués par la taxe carbone… Voici les principaux titres développés par la presse nationale hebdomadaire :

TelQuel

La représentativité des MRE au parlement suscite encore le débat.

Depuis l’ouverture des débats sur la loi organique relative à la Chambre des représentants, plusieurs amendements ont été déposés en faveur du droit de vote et de représentativité des Marocains résidants à l’étranger (MRE). S’il existe un consensus apparent entre les partis politiques sur le fond, des clivages persistent sur la réorganisation des sièges de la première chambre pour garantir des places aux représentants de la diaspora. Noureddine Moudian, président du groupe istiqlalien à la Chambre des représentants propose de leur accorder 20 sièges au début pour les encourager.

Finances news hebdo

Taxe sur les terrains non bâtis: la nouvelle formule séduit, mais présente des limites.

Le 1er mars était le dernier délai pour les assujettis à la taxe sur les terrains urbains non bâtis (TNB) pour déposer leur déclaration et payer la redevance due au service des impôts des arrondissements concernés. L’occasion pour les contribuables qui ont des arriérés de régulariser leur situation. Passé ce délai, des pénalités de retard sont appliquées conformément à la réglementation en vigueur, et sont fixées à 15% du montant de la taxe. Lors de la dernière semaine du mois de février, les communes ont été submergées par le nombre de déclarations déposées comparativement aux années précédentes. La TNB étant un impôt local, les communes qui connaissent un essor urbanistique ont dû subir une forte pression lors de cette période.

Maroc hebdo

Le Brésil dame le pion aux pays européens.

Si sur le plan politique, l’Europe ne s’aligne pas encore sur la position américaine de la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur son Sahara, il n’en reste pas moins qu’elle perd du terrain dans ses relations économiques avec le Maroc. Contre toute attente, la première puissance économique de l’Amérique du Sud, le Brésil, est devenu, en 2020, en pleine crise sanitaire et économique, le troisième client du Royaume, derrière l’Espagne et la France. En effet, les exportations du Maroc vers le Brésil ont explosé en janvier 2021, avec plus de 100 millions de dollars de produits exportés, selon la Chambre de commerce arabo-brésilienne, soit une hausse de 95,5% par rapport au même mois de 2020. Le Royaume a notamment exporté des engrais, qui ont enregistré une hausse de 118,3%, des produits chimiques inorganiques (+137,9%) et des poissons et crustacés (+44,2%).

Le Temps

Appel aux Marocains pour consommer marocain.

Déployée sous le hashtag « art-is-an », une campagne a été lancée récemment par le ministre en charge du Tourisme et de l’artisanat, en collaboration avec la Maison de l’artisan. Cette campagne a deux objectifs: le premier est d’apporter un réel soutien à la relance du secteur de l’artisanat local. Le second est la mise en valeur du savoir-faire ancestral des artisans marocains. Au-delà de sa ponctualité, cette campagne cherche à créer et à pérenniser une culture de communication de l’artisanat marocain tout au long de l’année, et ce, par les différentes classes sociales. Elle cible à cet effet un large public de consommateurs, d’entreprises publiques et privées.

La vie éco

Taxe de carbone: un grand stress test pour les industriels.

Toutes les importations des marchés de l’Union européenne en provenance du Maroc devraient être soumises à la taxe carbone aux frontières. Le parlement européen devrait se prononcer sur la résolution lors de sa session de ce mois de mars 2021. Des enjeux énormes pour la compétitivité du made in Morocco. Automobile, aéronautique, agro-industrie, textile, habillement, appareillage électrique, composants électroniques sont, entre autres, les secteurs stratégiques concernés.