La revue de presse du samedi 6 février

2582
DR.

Crise du secteur avicole, digitalisation de la fiscalité, secteur automobile… voici les principaux titres développés par la presse nationale hebdomadaire:

La Vie Éco 

Secteur avicole: des pertes estimées à 4 milliards de DH sur une année.

Le secteur avicole passe par une période difficile, à l’instar de la majorité des secteurs d’activité économique. Les niveaux de production ont été impactés au même titre que les prix à la vente et les coûts de production. La Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA) estime la production des viandes de volaille poulet de chair et dinde, à 580.000 tonnes et la production d’œufs de consommation à 5,8 milliards d’unités en 2020. Cependant les pertes subies par le secteur avicole sont estimées à 4 milliards de DH dont la majeure partie est supportée par les éleveurs de volaille et d’œufs. En dépit des effets néfastes de la crise sanitaire, le secteur avicole a continué à approvisionner, souvent à perte, le marché national en viandes de poulet et de dinde et en œufs de consommation. D’ailleurs, les coûts de production ont enregistré une hausse de près d’un dirham par kg produit.

Challenge

L’impôt presque totalement digitalisé.

Aujourd’hui, et depuis 2017, entreprises, professions libérales, particuliers, doivent déclarer et payer l’impôt par voie électronique. L’impact de la transformation digitale de l’impôt est visible. La plupart des actes et formalités d’enregistrement ont été dématérialisés. Même les Adouls ont été assujettis à la télédéclaration et au télépaiement, à compter du 1er janvier 2019. Ainsi, plus la peine de venir se bousculer devant les guichets du fisc. Plus de files d’attente et donc de temps perdu ni de stress. Plus de déplacements physiques. Moins de dépenses en carburant et surtout moins de pollution. Certes, la transition n’a pas été facile, surtout pour les petits contribuables non encadrés, parmi lesquels les auto-entre-preneurs, et les particuliers. Mais, aujourd’hui, ces moments difficiles sont loin derrière. Le contribuable chez lui, allume son ordinateur déclare et paie ses impôts, en un clic.

Finances News Hebdo

Fiscalité des ZAI: les nouvelles mesures maintiendraient le Maroc en terrain compétitif.

Parmi les efforts engagés par le Royaume pour réussir sa conformité fiscale, figurent la modification du système fiscal des zones d’accélération industrielles (ZAI). Malgré les taux d’imposition revus à la hausse par souci de conformité, et dans la perspective d’éviter de produire des effets dits dommageables pour les partenaires économiques du pays, la législation marocaine a tout de même tenté de préserver la compétitivité des ZAI en maintenant certaines exonérations. Parmi elles, figurent les exonérations qui concernent les actes de constitution de société sur les droits d’enregistrement, l’augmentation de capital, la taxe professionnelle ainsi que les acquisitions de terrains nécessaires à la réalisation de leur projet d’investissement. La nouvelle fiscalité des zones d’accélération industrielles pour les secteurs automobiles et aéronautiques permettrait au Royaume d’être compétitif en termes d’IDE.

L’Observateur du Maroc et d’Afrique

IsraMaroc: un premier incubateur pour booster les startups.

Les jeunes entrepreneurs marocains et israéliens auront un espace commun de coopération. Il s’agit d’un incubateur baptisé « IsraMaroc » qui pourrait-être lancé le 10 mars prochain à Tel-Aviv (si la Covid-19 le permet). Sa raison d’être est le développement de startups. Il est prévu qu’une soixantaine d’entrepreneurs et hommes d’affaires prennent part à cet autre acte de concrétisation du partenariat israélo-marocain. Il est prévu par les initiateurs de cette action de procéder à la sélection de startups à fort potentiel de développement pour leur offrir, à titre gracieux, un accompagnement pendant six mois. Les meilleures seront annoncées le 25 mai 2021 et seront primées en présence de grandes personnalités du monde des affaires.

Le Reporter

UA: Bourita plaide pour l’unité continentale.

Le panafricanisme qui animait le groupe de Casablanca, au début des années 60, trouve aujourd’hui sa continuité dans la nouvelle génération de leaders africains, a indiqué le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. Mettant l’accent sur la commémoration du 60-ème anniversaire de la Conférence de Casablanca lors des travaux par visioconférence de la 38ème session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union Africaine (UA), le ministre a rappelé qu’en 4 janvier 1961, feu SM le Roi Mohammed V réunissait à Casablanca une conférence internationale dans le but d’adopter la Charte de Casablanca et de favoriser l’unité continentale. Il a souligné que l’ambition était en effet déjà de créer une Afrique intégrée sur tous les plans, y compris politique et économique. Et d’ajouter que l’ambition du Maroc est que la commémoration de la Conférence de Casablanca « nous permette de donner un caractère intemporel à l’esprit » et aux aspirations de cette conférence, en faveur d’une Afrique soudée, solidaire et unie.

Le Temps

Hygiène: la fermeture des Hammams vire au cauchemar!

Nombreux sont les Marocains et Marocaines qui attendent avec la plus grande impatience la réouverture des hammams et Spas, notamment dans les grandes agglomérations où les mesures sanitaires imposent encore leur fermeture depuis mars 2020, lors du confinement total. Cette situation est particulièrement incommodante pour de nombreuses familles qui, à défaut de disposer d’une salle de bain à proprement parler à la maison, comptent sur ces salles de bain publiques pour entretenir leur hygiène. Culturellement attachés à leu bain maure, les citoyens subissent négativement l’impact de cette fermeture… Les professionnels de secteur sinistré lancent, de leur côté, un appel désespéré pour la réouverture de ces bains traditionnels.

Telquel

Automobile: les ventes augmentent de 6,65% en janvier.

Les ventes de voitures neuves se sont situées à 13.335 unités au terme du premier mois de cette année, en progression de 6,65% par rapport à janvier 2020, selon l’Association des importateurs de véhicules automobiles au Maroc (AIVAM). Ces ventes se répartissent sur les voitures particulières (11.679 unités, en hausse de 4,38%) et les véhicules utilitaires légers (1.656 unités, +25,93%), précise l’AIVAM. Dans le détail, la marque Dacia continue de dominer le segment des voitures particulières (VP) avec une part de 30,92%, soit 3.611 immatriculations (+6,46%), suivie de Renault (1.411 unités écoulées et une part de 12,08%) et de Hyundai (1.089 unités et 9,32%), fait savoir la même source. Parallèlement, Citroën et Fiat ont progressé de 16,1% à 577 unités et de 1,47% à 414 unités, alors que les marques Opel et Skoda ont enregistré des hausses spectaculaires de 100,3% et 70,1%.