La revue de presse du samedi 21 novembre

2314
DR.

Très chères cliniques privées, les startups enfin accompagnées, financement agricole… Voici les principaux titres développés par la presse nationale hebdomadaire :

Telquel

Covid-19: très chères cliniques privées.

Depuis l’implication de certaines cliniques privées dans le traitement de la maladie du Coronavirus, le débat sur la surfacturation ne cesse de défrayer la chronique. Une journée en réanimation à 10.000 dirhams, une facture de prise en charge à 200 000 dirhams et des exigences de dépôt de chèque de garantie. Face à cette situation, l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) a publié sa grille tarifaire des prestations relatives à la prise en charge des patients du Covid-19 dans le cadre de l’Assurance maladie obligatoire (AMO). Des prix beaucoup moins chers que ceux pratiqués par les cliniques privées à travers le Royaume. Cette grille sert de base de remboursement pour les établissements des secteurs privé et public, que les cliniques doivent respecter dans le cadre de la convention nationale signée en 2007 sous l’égide de l’ANAM, entre les organismes gestionnaires et les prestataires de soins et d’hospitalisation, affirme au journal la direction de l’ANAM.

Challenge

L’accompagnement des startups prend forme.

Au Maroc, l’écosystème des startups a commencé à voir le jour, il y a de cela 8 ans, avec l’apparition des premiers acteurs de l’écosystème privé qui ont insufflé cette dynamique. Il n’a véritablement commencé à se structurer que ces trois dernières années, avec la mise en place des fonds d’investissements publics et privés, l’initiative de l’Etat notamment à travers la Caisse Centrale de Garantie (CCG) avec ses différents mécanismes, et plus récemment l’Agence du Développement Digital (ADD), ainsi que la prise de conscience des grands groupes (l’OCP, CDG…). Aujourd’hui l’économie système des startups s’organise et se consolide, grâce notamment à une multiplication d’initiatives privées sous forme de programmes d’incubation et d’accompagnement, mais également grâce au déploiement d’outils de financements adaptés via la mise en place du « Fonds Innov Invest ».

Finances News Hebdo

Covid-19/Cliniques privées: entre saturation des capacités d’accueil et manquements graves.

« La situation pandémique actuelle met beaucoup de pression sur les structures de santé des secteurs public et privé. Pour l’heure, le taux d’occupation des lits de réanimation, variable sur le territoire national, tourne autour de 40% », explique le professeur Said Motaouakkil, directeur d’une clinique privée. L’anesthésiste-réanimateur alerte sur le fait qu’à Casablanca, ce taux culmine à 70%, et que les cliniques privées autorisées à traiter les malades du coronavirus sont presque arrivées à saturation. Huit cliniques privées, contactées par le journal, autorisées à traiter les patients atteints de la covid-19, ont confirmé la saturation de leur capacité d’accueil. Le témoignage d’un employé d’une clinique privée de la capitale économique est édifiant. « Pas moins de 3 étages ont été dédiés exclusivement à la Covid19, notamment le service de réanimation », confie-t-il sous couvert d’anonymat.

Maroc Hebdo

El Kelâa des Sraghna: Création du premier centre d’éducation non formelle au profit des élèves déscolarisés.

La direction provinciale de l’éducation nationale à El Kelâa des Sraghna a annoncé la création du premier centre d’éducation non formelle au niveau de la province, en faveur des élèves (filles et garçons) déscolarisés, en vue de leur qualification dans diverses filières professionnelles. Le directeur provincial de l’éducation nationale, El Alami El Koraichi, a indiqué que la direction a œuvré, dans le cadre de la généralisation de la scolarisation et de l’obligation de la scolarité, à la création du centre de la 2ème chance-nouvelle génération à l’école primaire Al Massira, ce qui représente une première expérience dans le domaine de l’éducation non formelle à l’échelle de la province. Cette structure, a-t-il ajouté, accueille les élèves âgés entre 14 et 18 ans ayant interrompu leur scolarité pour bénéficier d’une formation de 12 mois dans les filières de la maintenance des équipements électroniques et de la pâtisserie.

La Nouvelle Tribune

Financement agricole: le programme à 360° du groupe Crédit Agricole du Maroc.

Le groupe CAM déploie un dispositif d’accompagnement à 360°. Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) a annoncé le lancement d’un dispositif innovant à 360°, au titre de la campagne agricole 2020-2021, qui s’appuie sur l’expertise et le savoir-faire de la Banque en tant que leader du financement du monde agricole et agro-alimentaire. Ce dispositif ambitieux marque l’engagement du Crédit Agricole du Maroc et sa mobilisation pour l’accompagnement des entrepreneurs agricoles tout au long des chaînes de valeur grâce à la mise en place d’outils financiers inclusifs et de programmes spécifiques permettant aux agriculteurs et aux ruraux de générer de la croissance et d’améliorer et de stabiliser leur niveau de vie, a fait savoir le CAM dans un communiqué. Visant à soutenir la résilience du secteur agricole et aligné avec les orientations du nouveau plan stratégique « Génération Green 2020-2030 », le dispositif prévu par le Groupe CAM, outre l’axe financier qui assure le doublement de l’enveloppe de financement de 4 à 8 milliards de dirhams (MMDH), se décline en quatre autres axes.