La revue de presse du mercredi 7 octobre

2489
DR.

Congrès extraordinaire du RNI en novembre, polémique autour de la chloroquine, restrictions assouplies à Tanger… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi:

Aujourd’hui le Maroc

Un congrès extraordinaire du RNI le 7 novembre prochain.

Le Rassemblement national des indépendants (RNI) tiendra le 7 novembre prochain son congrès national extraordinaire, annonce un communiqué de ce dernier à l’issue d’une réunion de son bureau politique tenue lundi, et qui a été consacrée à l’étude et à l’examen de plusieurs questions d’ordre organisationnel et national.Ce congrès proposé par Aziz Akhannouch, président du RNI, et qui se déroulera par vidéoconférence en raison de la situation épidémiologique actuelle, vient afin de mettre en œuvre les dispositions du paragraphe 3 de l’article 33 de la loi fondamentale et proroger le mandat des instances nationales du parti. A souligner que lors de cette rencontre du bureau politique du RNI, M. Akhannouch s’est arrêté sur le succès de la session ordinaire du conseil national du RNI tenue samedi dernier et du programme «100 jours, 100 villes» clôturé le 27 septembre dernier à Ait Melloul.

L’Opinion

La Chloroquine fait toujours polémique.

Le débat sur l’utilité de la Chloroquine ne s’arrête jamais. Au Maroc, deux écoles s’opposent sur la question de son usage dans le traitement des cas de Covid-19. D’une part, le ministère et le comité scientifique s’alignent sur le protocole préconisé le professeur français Didier Raoult qui combine entre l’Hydroxychloroquine, la Chloroquine et l’Azithromycine. De l’autre côté, la deuxième école fédère tous les médecins qui ne sont pas encore convaincus des résultats de la Chloroquine sur l’atténuation de la mortalité quoique le département de Khalid Ait Taleb soit persuadé que son protocole permet de réduire la charge virale et la passibilité de la contagion. Ils sont nombreux à appeler à des études scrupuleuses pour vérifier l’effet de la Chloroquine sur les malades.

Al Bayane

Transferts des MRE, une résilience à toute épreuve.

Les transferts des MRE font une nouvelle fois preuve de leur résilience. En pleine crise liée à la pandémie de la Covid-19, ils ont pu limiter leur baisse à 3%. Et au-delà des prévisions les plus optimistes, les envois MRE corrigés des variations saisonnières affichent dès le mois de juillet, loin de toute attente, des hausses très surprenantes. Cette évolution pour le moins imprévisible, défie la logique et les calculs de probabilité, car les transferts des MRE dépendent de deux principaux facteurs structurels à savoir la croissance économique mondiale et l’évolution de la population des MRE. Dans ce cas de figure, ces deux facteurs ne peuvent expliquer les dernières évolutions des transferts des MRE, ce qui laisse place à plusieurs hypothèses. Ainsi, les baisses enregistrées par les envois de la diaspora marocaine durant la période allant de mars à mai, pourraient être dues à des comportements spéculatifs des banques étrangères contre le dirham.

Al Massae

Tanger assouplit davantage les mesures de confinement.

Dans le cadre de la politique d’allègement du confinement, les autorités de la ville de Tanger ont décidé d’assouplir les restrictions imposées certaines activités. Dans ce sens, eu égard à l’amélioration de la situation épidémiologique, les autorités de la ville du détroit ont décidé de prolonger jusqu’à 23H les horaires d’ouverture des cafés au lieu de 22H, alors que les restaurants pourront rester ouverts jusqu’à minuit, au lieu de 23H auparavant. D’autre part, les habitants de la ville ont pu réinvestir certains parcs qui étaient fermés au public, et qui enregistrent une forte affluence en fin de semaine. Pour leur part, les clubs de sport ont commencé à accueillir leurs adhérents en application d’un accord conclu entre l’association de propriétaires des salles et clubs de sports et les autorités préfectorales. En vertu de cet accord, les salles de sports et les clubs pourront désormais reprendre leur activité à condition de respectés les mesures préventives nécessaires.

Al Alam

La CGEM et la CNSS mettent en place un nouveau service de médiation.

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) ont conclu, lundi à Casablanca, une convention de partenariat pour la mise en place d’un nouveau service de médiation baptisé « Corridor CGEM-CNSS ». Signée par le président de la CGEM, Chakib Alj, et le Directeur général par intérim de la CNSS, Abdellatif Mortaki, cette convention vise le renforcement de la coopération entre les deux institutions et la mutualisation de leurs moyens, notamment pour la mise en place d’un nouveau service de médiation baptisé « Corridor CGEM-CNSS ». Dans une déclaration à la presse, M. Alj a souligné à cette occasion que ce partenariat a pour objectif d’accélérer le traitement des dossiers des entreprises membres de la CGEM, notant que c’est une initiative qui rentre dans le cadre du programme du mandat de la Présidence actuelle de la CGEM qui prévoit la mise en place de nouveaux services à forte valeur ajoutée pour les membres, notamment des corridors avec différentes administrations, et le renforcement de la proximité opérationnelle avec les TPE-PME.

Al Ittihad Al Ichtiraki

477.000 emplois agricoles perdus à cause du Covid.

La valeur ajoutée agricole se serait contractée de 6,2%, au T3-2020, en variation annuelle, au lieu de -6,8% un trimestre auparavant, a fait savoir le HCP, soulignant que la diffusion des effets du confinement sanitaire, particulièrement importante au 2ème trimestre de cette année, avec une perte de 477.000 emplois agricoles, se serait atténuée. Selon une enquête du Haut Commissariat sur l’impact de la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19) sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages, 32% des agriculteurs en arrêt de travail pendant le confinement auraient repris leurs activités à fin juin. Le recul de la production se serait, ainsi, légèrement modéré et la commercialisation intérieure des productions végétales se serait réalisée à des prix en baisse en comparaison avec la même période de l’année passée, à l’exception des céréales et des fruits frais, dont les prix à la consommation auraient progressé de 12,2% et 18,9%, respectivement, au cours du T3-2020.

Bayane Al Yaoum

Aide de subsistance: 2.000 DH pour les professionnels de l’évènementiel et les traiteurs.

Deux contrats-programmes relatifs à la relance du secteur de l’évènementiel et des traiteurs et du secteur des parcs d’attractions et de jeux ont été signés en marge de la 10ème réunion du Comité de Veille Economique (CVE). Dans une déclaration à la presse à l’issue de la réunion du CVE, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaâboun a indiqué que ces deux conventions s’assignent pour objectif d’accompagner ces secteurs fortement impactés par la crise sanitaire. « Cet accompagnement consistera à verser les indemnités de la CNSS au profit des personnes qui vont être déclarées au niveau du portail de la caisse, à savoir 2.000 DH/mois jusqu’à la fin de l’année ainsi que les allocations familiales, a précisé le ministre.