La revue de presse du mercredi 3 juin

DR.

Voici les principaux titres développés par la presse quotidienne de ce mercredi 3 juin:

Le Matin 

Chambre des conseillers: l’après confinement au cœur d’une séance de politique générale le 16 juin.

La stratégie de relance économique et d’atténuation des effets de la crise de la covid-19 seront au cœur de la séance mensuelle consacrée aux réponses du chef de gouvernement aux questions de politique générale, prévue à la Chambre des conseillers le 16 juin. Selon un communiqué du bureau de la Chambre publié suite à sa réunion hebdomadaire, tenue lundi par visioconférence, cette séance, qui s’inscrit dans la mission de contrôle de l’action gouvernementale, sera consacrée au thème « La politique du gouvernement post-confinement : quel plan de relance économique et de traitement des impacts sociaux de la crise? ». Le bureau a également approuvé l’ordre du jour de la séance de questions orales de mardi, consacrée aux réponses du ministre d’Intérieur sur les répercussions de Covid-19, affirme le communiqué.

L’Opinion 

Amzazi appelle les associations des parents d’élèves à agir pour rapprocher les vues entre établissements privés et familles.

Le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi, a appelé les associations des parents d’élèves à jouer le rôle de médiateur pour rapprocher les vues entre les établissements privés et les familles, compte tenu de la situation financière des deux parties en ces circonstances exceptionnelles de propagation de la Covid-19. Le ministère, a-t-il assuré sur sa page Facebook, va intervenir auprès des autorités compétentes afin d’apporter une assistance aux employés du secteur privé touchés par les répercussions de la pandémie, notamment les éducatrices, chauffeurs et cuisiniers entre autres.

Akhbar Al Yaoum 

Benchaâboun veut accélérer le processus du dépôt électronique des factures.

Dans une circulaire adressée aux directeurs des établissements et entreprises publics (EEP), le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun, a insisté sur la mise en place des mesures nécessaires pour activer le dépôt électronique des factures. Dans le cadre de cette circulaire, Benchaâboun exhorte l’ensemble des EEP pour la prise de décisions nécessaires, la mobilisation des moyens humains et matériels et la mise en place des réformes nécessaires à la mise en œuvre du dépôt électronique de factures et de documents similaires par les fournisseurs et ce d’une manière progressive. La Circulaire prévoit également un programme pour la mise en œuvre effective dudit dépôt électronique des factures. Le programme proposé distingue entre les EEP disposant d’un système d’information accessible à partir de leur portail et ceux qui n’en disposent pas. Pour les premiers, la mise en œuvre du processus susmentionné est immédiate. Pour les seconds, un échéancier a été prévu afin d’accélérer ce processus et ce dans l’objectif que le dépôt électronique des factures soit généralisé à toutes les commandes publiques quel qu’en soit le montant et ce au plus tard le 1er juin 2022.

Al Ahdath Al Maghribia 

Le débat sur l’ISF refait surface.

Dans le cadre de l’élaboration du projet de loi rectificative, les forces politiques ont reposé sur la table l’idée de la création d’un impôt sur la fortune (ISF), qui avait suscité beaucoup de polémiques. En effet, le bureau politique de l’USFP a fait savoir, dans un communiqué, que l’esprit de l’union nationale et les valeurs de solidarité sociale appellent à une plus grande implication du capital national et des grandes fortunes. Les recettes de cet impôt sont à même de constituer une réserve financière supplémentaire, qui compenserait la réduction des recettes à cause de la pandémie », a-t-on ajouté de même source.

Assahraa Al Maghribiya 

La facture énergétique recule de près de 22% à fin avril.

La facture énergétique s’est établie à 20,45 milliards de dirhams (MMDH) au cours des quatre premiers mois de 2020, en baisse de 21,8% par rapport à la même période un an auparavant, indique l’Office des changes. Ce recul est essentiellement dû à la diminution des approvisionnements en gas-oils et fuel-oils de près de 3,8 MMDH, explique l’Office des changes dans son récent bulletin sur les indicateurs des échanges extérieurs. Cette évolution s’explique par l’effet prix en baisse de 19% (4.575 DH/T à fin avril 2020 contre 5.648 DH/T un an auparavant), précise la même source, ajoutant que les quantités importées ont également accusé un repli de 12,5%. Les importations des biens ont reculé de 12,6% à 147,74 MMDH, suite à la diminution des importations de biens d’équipement (-7,8 MMDH), de produits énergétiques (-5,7 MMDH), de produits finis de consommation (-5,4 MMDH), de demi produits (-4,4 MMDH) et de produits bruts (-1,7 MMDH). En revanche, les achats de produits alimentaires ont augmenté de plus de 3,9 MMDH.