La revue de presse du mercredi 29 juillet

3383
DR.

Voici les principaux titres développés par la presse nationale ce mercredi:

L’Économiste 

Hausse du SMIG: la CGEM laisse le choix aux adhérents.

C’est un acte jugé “audacieux” de la part de la CGEM. Après un mois de tergiversation sur le report ou non de la hausse du SMIG, elle a pris les devants et recommandé une application situationnelle de l’augmentation du SMIG. La confédération patronale a adressé un courrier dans ce sens membres. “J’encourage les entreprises des secteurs non impactés par la crise à appliquer la seconde hausse du SMIG. Les entreprises opérant dans les secteurs actuellement en difficulté sont, quant à elles, appelées à favoriser le maintien de l’emploi, notamment en reportant l’augmentation”, souligne Chakib Alj, président de la CGEM dans un courrier adressé lundi 27 juillet aux adhérents de la Confédération.

Le Matin 

Les allégations relatives à l’existence de bandes criminelles à la gare routière Oulad Ziane sont fausses.

La préfecture de police de Casablanca a interagi, avec célérité et sérieux, suite à la publication sur les réseaux sociaux d’une vidéo dans laquelle un individu, qui travaille comme receveur à la gare routière Oulad Ziane, prétend l’existence au sein de cette gare de bandes criminelles qui visent les passagers et les contraint à prendre des autocars, sous la menaces d’armes blanches. La préfecture de police a considéré ces déclarations comme une dénonciation d’éventuels crimes, ce qui a nécessité l’ouverture d’une enquête préliminaire sous la supervision du parquet compétent pour vérifier la véracité de cette dénonciation, identifier les éventuelles victimes et interpeller les suspects impliqués, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Les recherches et investigations menées ont révélé que les propos du receveur sont faux et créés de toute pièce, ajoute la même source, précisant que cet individu a des problèmes et des différends avec des agences de voyages à la gare routière qui refusent de traiter avec lui en raison de son comportement et de ses nombreux antécédents judiciaires qui dépassent la vingtaine.

Aujourd’hui le Maroc

Foyer Lalla Mimouna: la Comader réagit.

Suite à la décision du procureur du Roi du tribunal de première instance de Souk El Arbaa de poursuivre les dirigeants de 3 unités industrielles de fruits rouges situées à Lalla Mimouna pour «des soupçons de violation des mesures sanitaires», la Confédération marocaine de l’agriculture et de développement rural (COMADER) fait grise mine. Dans un récent communiqué la Comader explique que cette décision interpelle les professionnels du secteur agricole en général et du secteur des fruits rouges en particulier. Ainsi, les dirigeants des unités de production dans leur ensemble sont parfaitement conscients du danger et de la gravité de la pandémie Covid-19 et du risque que peut engendrer la propagation de foyers de contamination au sein de leurs unités, et par conséquent prennent toutes les dispositions pour maintenir leurs unités de production indemnes de toute propagation.

Al Massae 

La crainte de contamination au covid-19 limite l’accès aux services de santé.

La crainte de contamination à la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19) et le manque de moyens limitent l’accès aux services de santé en période de confinement, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP). Par ailleurs, le HCP souligne que parmi les 11,1% de personnes souffrant de maladies chroniques ayant nécessité un examen médical durant le confinement, 45,2% n’ont pas eu accès à ces services, les hommes (46,6%) plus que les femmes (44,4%), les ruraux (53,2%) plus que les citadins (41,4%), les plus pauvres (48%) plus que les plus aisés (37%) et les enfants âgés de 6 à 14 ans (64,2%) plus que ceux de moins de 5 ans (39,2%).

Al Alam 

A cause du Coronavirus, le privé recrute moins.

La Confédération générale des entreprises au Maroc (CGEM) a annoncé, vendredi soir, la publication des résultats de la 2ème édition de l’enquête de son Baromètre des impacts de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) sur les entreprises marocaines. Après une première édition courant avril 2020, qui a permis de sonder 1.876 entreprises, cette deuxième édition du Baromètre a connu la participation de 3.304 entreprises – dont 88,7% de très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) et 28,3% opérant à l’export – employant 494.164 salariés, indique la CGEM dans un communiqué.