La revue de presse du matin

1030
DR.

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi:

Le Matin

Le Roi Mohammed VI a procédé, mercredi à la commune d’Ait Melloul (préfecture d’Inezgane-Aït Melloul), à l’inauguration de la plateforme des jeunes «Argana» pour l’écoute et l’orientation, donnant ainsi une forte impulsion aux programmes de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), qui est à sa troisième phase. Ce projet, a été réalisé dans le cadre du programme III de l’INDH «Amélioration du revenu et inclusion économique des jeunes». Il permettra aux jeunes de la région Souss-Massa de tirer le meilleur parti du «Programme intégré d’appui et de financement des entreprises», qui a été élaboré conformément aux Hautes Orientations Royales et qui comporte plusieurs mesures destinées à contenir et à dépasser les difficultés entravant l’accès au financement des jeunes porteurs de projets et des très petites et petites entreprises.

 

L’Economiste

Portée à 200.000 DH par an, l’augmentation de la dotation touristique a marqué les esprits et peut-être, donné des idées à certains qui se prennent á rêver. Aux 45.000 DH acquis de droit, la différence est indexée sur l’impôt sur le revenu que la personne a réglé. La dotation non utilisée étant reportable une fois, la question sur son utilisation se pose naturellement chez certains. Les comptes en devises sont autorisés pour les résidents, comme pour les personnes qui vont souscrire à l’amnistie à la réglementation de change. Mais ces comptes ne peuvent être alimentés que par des ressources provenant de l’étranger, et pas des versements locaux en cash. Par ailleurs, les Marocains ayant un double passeport et qui vivent au Maroc ne peuvent se prévaloir que de la nationalité marocaine. Au regard de la réglementation de change, ils sont soumis aux exigences de droit commun.
Le déficit de liquidité poursuit sa détérioration. Le besoin de cash des banques s’est aggravé de 2,9 milliards de DH au cours de la semaine passée pour se fixer à un niveau moyen hebdomadaire de 67,9 milliards de DH. Compte tenu de cette situation, Bank Al-Maghrib a injecté pas moins de 9,4 milliards de DH au titre de ses avances à 7 jours. La banque centrale porte ainsi son volume d’intervention global sur le marché monétaire à 73,1 milliards de DH. De quoi permettre de couvrir le déficit.

 

Aujourd’hui le Maroc

• Lancés en juin 2018, les travaux de construction du Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Agadir enregistrent un taux de réalisation de 32%. Le CHU d’Agadir, financé par le budget général de l’Etat, nécessite un investissement de près de 2,33 milliards DH réparti entre 1,2 milliard DH pour les travaux, 110 millions de DH pour les études techniques et un milliard DH pour les équipements, et sera réalisé sur une superficie totale de 30 hectares dont 127 mille mètres carrés couverts. Ce dernier se compose de trois pôles: pôle mère-enfant, pôle médico-chirurgical, pôle d’excellence, ainsi qu’un bloc opératoire comportant 17 salles chirurgicales centrales et une salle de brûlures graves.

• Le Maroc a pratiquement procédé à une remise à plat de son système fiscal dans le cadre du budget 2020. En effet, la loi de Finances de l’exercice budgétaire en cours a apporté des modifications de taille au régime fiscal appliqué à l’export à travers notamment la suppression de l’appellation zones franches sans oublier l’exonération quinquennale de l’IS pour les exportateurs et l’élévation du taux d’imposition de Casablanca Finance City. Cela dit, les mesures introduites par les autorités compétentes marocaines n’ont pas un effet rétroactif. Les responsables brandissent dans ce sens l’article 6 de la Constitution 2011 du pays sur la non rétro-activité des lois.

 

Al Bayane

Le Président de la CGEM, Chakib Alj, a appelé à consolider le rôle du secteur privé et de l’entreprenariat dans le cadre du nouveau modèle de développement. « Nous vivons aujourd’hui une crise de confiance. En vue de la (confiance, ndlr) rétablir, nous avons proposé de consolider le rôle du secteur privé et de l’entreprenariat et de les placer au cœur du nouveau modèle de développement », a déclaré à la presse Alj à l’issue d’une réunion de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) avec les représentants de la CGEM. Il est important « de marquer une rupture avec le modèle actuel », à travers l’intégration du secteur informel, l’instauration d’un nouveau modèle de développement axé sur la solidarité, l’efficacité et la transparence, l’intégration des jeunes et de la femme ainsi que le renforcement du rôle de la culture, a-t-il souligné.

• Le gouvernement actuel dispose d’un droit de regard sur le projet de loi modifiant et complétant le code pénal, avant le parachèvement du processus législatif le concernant, a affirmé le ministre de la Justice, Mohamed Ben Abdelkader. Répondant à une question sur « Les raisons du retard dans la promulgation du projet de code pénal », présentée par le Groupe socialiste à la Chambre des conseillers, Ben Abdelkader a souligné que le gouvernement actuel dispose du droit d’être informé sur ce texte, de le consulter et de prendre la décision appropriée pour la suite du processus législatif le concernant. Dans ce sens, Ben Abdelkader a insisté sur la participation du ministre de tutelle aux travaux de la commission spécialisée pour qu’il tranche dans tout amendement et interagisse avec les groupes parlementaires, comme étant une obligation du gouvernement, notant que l’exécutif n’a plus examiné ce projet de loi depuis sa constitution le 5 avril 2017.

 

L’Opinion

• Parmi les projets structurants inscrits dans la feuille de route de l’Agence de Développement du Digital (ADD), figure le chantier «Génération digitale», un projet stratégique qui consiste à mettre en place un programme de formation national d’envergure dans le digital couvrant aussi bien la formation supérieure et professionnelle que la formation continue, a indiqué Mohammed Drissi Melyani, directeur général de l’ADD.

• Le gouvernement espagnol, réuni en Conseil des ministres, a approuvé un accord pour le don irrévocable du grand théâtre Cervantes de Tanger. En vertu de cet accord, le protocole entre l’Espagne et le Maroc portant sur le don, de manière irrévocable, du grand théâtre Cervantes de Tanger sera soumis aux deux Chambres du Parlement espagnol pour approbation, indique un communiqué de l’exécutif espagnol. La cession de cet édifice au Maroc intervient suite à une offre du gouvernement marocain de restaurer et gérer le théâtre en contrepartie d’en devenir le propriétaire et d’un engagement de sa part de préserver le cachet espagnol dans la programmation culturelle de cette institution, relève la même source. Cette cession a été matérialisée par un protocole qui, par sa forme et son contenu, constitue un accord international.

 

Akhbar Al Yaoum

Le nombre total de chômeurs a baissé de 30.000 personnes au niveau national, s’établissant à 1.107.000 personnes. Ainsi, le taux de chômage est passé de 9.5% en 2018 à 9.2% en 2019, selon une note d’information du Haut-commissariat au Plan (HCP). Dans les détails, le taux de chômage est passé de 13,8% à 12,9% en milieu urbain et de 3,6% à 3,7% en milieu rural, explique la note.

• La 7-ème édition du colloque international ‘’eau, recyclage et valorisation des déchets- ERVD’7’’ aura lieu les 28 et 29 février à Fès, à l’initiative du groupe de réflexion sur le développement durable (GRDD). Cet évènement, qui connaitra la participation d’experts, d’universitaires et d’éminents chercheurs marocains et étrangers, tend à débattre des opportunités d’investissements en la matière, échanger autour des dernières innovations en ERVD et sensibiliser les décideurs et les opérateurs économiques et politiques de la région et du pays à l’importance du recyclage pour le Maroc.

 

Al Massae

• Le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaaboun veut mettre en place une commission chargée des marchés publics. Cette action de Benchaâboune intervient notamment suite aux sommes colossales générées par des entreprises et des bureaux d’études grâce à des marchés « suspects » conclus avec des établissements publics. Ainsi, il est prévu notamment la publication des listes des marchés publics remportés par les TPME, les coopératives et les auto-entrepreneurs, tout en révélant leur montants. A cet effet, les ministères, les établissements publics, les régions, les provinces et les instances relevant des collectivités territoriales devront remplir des formulaires indiquant les noms des entreprises ayant remporté des marchés publics. Ils devront également renseigner l’objet, le coût global et les modalités d’attribution de ces marchés.

• Le ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique s’apprête à lancer une application mobile qui permettra le suivi du parcours des élèves par leurs parents, qui pourront également vérifier si leurs enfants assistent ou sèchent leurs cours. Répondant à une question à la Chambre des représentant, le ministre de l’Education, Saaïd Amzazi, a indiqué que cette application est la version mobile du système Massar qui est déjà en vigueur. Baptisée « Massar-Mobile », l’application offrira une base de données alimentée quotidiennement par les enseignants, et comportera un cahier de correspondances qui permettra, entre autres, de connaître le programme des examens.