La revue de presse du mardi 23 mars

L’or vert du Maroc, parité en politique, la loi sur le cannabis diminuera l’influence des trafiquants de drogue… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi:

Aujourd’hui le Maroc

Fret aérien: RAM adopte le bon à délivrer électronique.

La compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) a annoncé l’adoption du bon à délivrer électronique et ce, en partenariat avec Portnet (Guichet unique national des procédures du commerce extérieur). « Dans le cadre du déploiement de sa stratégie de digitalisation du fret aérien, Royal Air Maroc poursuit son innovation et s’associe à Portnet S.A. pour l’adoption du bon à délivrer (BAD) électronique », indiquent RAM et Portnet dans un communiqué conjoint. Après avoir lancé la dématérialisation de la soumission des déclarations sommaires via PortNet, la compagnie nationale amorce désormais la délivrance électronique du BAD, auparavant remis physiquement par le transporteur au consignataire de la marchandise, fait savoir la même source, soulignant que grâce à cette innovation, RAM « participe activement à la fluidification des flux du fret aérien et améliore la transparence et la traçabilité des opérations y afférent ».

Maroc le Jour

La Maroc désigné président du Réseau libéral de la liberté.

Le Maroc a été choisi pour présider le Réseau libéral de la liberté, qui a tenu son assemblée constitutive, en Jordanie, en présence des partis libéraux du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Lors de cette réunion, Mohamed El Gharass, membre du bureau politique du Mouvement populaire (MP), a été désigné à l’unanimité en tant que président du réseau, tandis que Mustafa Allouch, membre du bureau politique du mouvement libanais « Tayyār al-Mustaqbal » a été choisi comme vice-président. Le réseau s’assigne pour objectif de promouvoir les valeurs universelles de liberté, d’état de droit, de démocratie, d’économie de marché et de prospérité économique, ainsi que de développer les partis et organisations membres à travers notamment le mentorat, le renforcement des capacités, l’adoption des meilleures pratiques, l’ancrage des principes libéraux et le renforcement de la participation de la région MENA aux échanges mondiaux de valeurs et d’idées.

L’Opinion

Cannabis, l’or vert du Maroc à multiples usages.

Le cannabis est une plante à fort potentiel économique, notamment en matière de médication et de cosmétiques. L’imminente légalisation de son usage à ces fins et à bien d’autres augure d’une ère de renouveau. Plus que les revenus escomptés de la réorientation de sa culture vers des activités autrement plus porteuses que le simple usage récréatif, c’est la réhabilitation de larges pans de ces tissus productifs de la société qui constitue le principal gain de cette loi en phase de gestation.

Al Yaoum Al Maghribi

Parité en politique: Bouayach plaide pour une culture d’appui à la participation féminine.

La consécration de la parité dans le champ politique nécessite l’émergence d’une culture sociétale d’appui à la participation féminine, a indiqué lundi la présidente du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) Amina Bouayach. Intervenant lors d’une rencontre internationale organisée à l’initiative du CNDH, Mme Bouayach a souligné qu’il y a besoin d’une renaissance culturelle pour mieux lutter contre les stéréotypes sur la femme et encourager la gente féminine pour un plus grand accès aux mandats électifs.

Al Ahdath Al Maghribiya

Habboub Cherkaoui, directeur du bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), a affirmé que le projet de loi sur l’usage légal du cannabis, adopté par le gouvernement, pourrait limiter l’activité des trafiquants de drogue. En attendant l’adoption définitive de ce projet de loi, la lutte contre le trafic de drogue relève d’une stratégie constante, a-t-il dit dans un entretien accordé à l’agence de presse espagnole EFE, soulignant que cette stratégie a permis d’empêcher les cartels de trafic de cocaïne latino-américains d’entrer au Maroc et de mettre en place une plateforme de transit vers l’Europe.

Al Alam

Kelaâ des Sraghna: enquête judiciaire sur deux officiers de police présumés impliqués dans une affaire de pots-de-vin.

La brigade de la police judiciaire du district provincial de sûreté de la ville d’El Kelaâ des Sraghna a ouvert une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent, au sujet d’actes criminels reprochés à deux policiers, respectivement un officier de la paix principal et un officier de la paix, pour leur implication présumée dans une affaire de pots-de-vin. Les services de sécurité avaient ouvert une enquête concernant une déclaration déposée par un individu impliqué dans un accident de la circulation en état d’ébriété, dans laquelle il avance que lesdits officiers lui ont demandé une somme d’argent en contrepartie d’intervenir en sa faveur dans le traitement du dossier de cet accident.