La revue de presse du lundi 5 octobre

2275
DR.

Hausse des prix des fruits et légumes à Casablanca, un nouveau service des urgences à Tétouan, la mise en garde de Guterres sur les agissements du polisario… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi:

L’ Economiste 

Fruits et légumes: forte perturbation de l’approvisionnement.

Le couscous aux sept légumes relève, en ces temps de pandémie, des produits de luxe. Tout particulièrement à Casablanca où l’état de siège devrait se maintenir encore. Par rapport à la dernière semaine du mois de septembre, la flambée s’est emparée des fruits et légumes les plus consommés par les ménages. Des produits qui enregistrent, une demande à la fois régulière et soutenue. A titre d’exemple, les prix des tomates se sont renchéris de plus de 15% sur le marché de gros de Casablanca et ceux des pommes de terre ont explosé de 138%. Ce qui est sûr, ce sont les grandes perturbations qui ont affecté de manière générale, les circuits d’approvisionnement en fruits et légumes. « Depuis l’ouverture de l’accès direct, en mars dernier, aux magasins de grandes surfaces, sans passage obligatoire par les marchés de gros, le phénomène s’est amplifié», explique un négociant en fruits et légumes.

Le Matin

Gueterres alerte sur les violations des Accords militaires par le polisario.

Dans son dernier rapport sur le Sahara marocain, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a alerté les membres du Conseil de Sécurité, de manière ferme et déterminée, sur les multiples violations du cessez-le-feu, des Accords militaires et des résolutions du Conseil de Sécurité commises par le polisario. Durant la période couverte par le rapport, le chef de l’ONU a fait état d’une « dégradation significative de la coopération militaire du polisario avec la MINURSO » et d’une intensification gravissime des violations commises par le groupe armé séparatiste. En effet, le Secrétaire général a relevé 57 violations majeures de la part des séparatistes, ainsi que plus de 1000 violations individuelles. Des chiffres inédits dans les annales des Nations-Unies. Outre leur nombre, la gravité de ces violations est également sans précédent.

Aujourd’hui le Maroc

Un nouveau service des urgences à Tétouan.

Le Centre hospitalier provincial Saniat R’mel de Tétouan s’est doté d’un nouveau service des urgences qui va contribuer à améliorer le niveau des interventions d’urgence dans la province. Inauguré samedi par le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, ce nouveau service des urgences a mobilisé une enveloppe budgétaire de 9,673 millions de dirhams. Selon un communiqué du ministère, ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique du ministère visant à accélérer la mise à niveau des urgences, afin d’améliorer la prise en charge des urgences médicales pré-hospitalières. Ce service des urgences comprend un service d’accueil et d’orientation, une salle de soins intensifs, deux salles d’examens médicaux, une salle de surveillance médicale, trois salles dédiées aux soins infirmiers, une salle d’isolement pour recevoir les patients dont les cas nécessitent un isolement, en plus de bureaux administratifs et d’une pharmacie.

L’Opinion

Covid-19/Dépistage: un centre de campagne privé à Casablanca.

Une « première » au Maroc. Un centre de campagne pour réaliser des tests du nouveau coronavirus (Covid-19) vient d’être installé au cœur quartier populaire de Derb Sultan à Casablanca, une « première » pour le secteur privé à l’échelle nationale. Le centre, relevant du Laboratoire d’analyses médicales Derb Sultan, est aménagé sur une superficie de près de 300 mètres pour le prélèvement des échantillons des personnes souhaitant faire un dépistage, envoyés ensuite aux locaux du laboratoire pour la réalisation des analyses PCR. Cette nouvelle structure, qui vise à accompagner les efforts déployés par le ministère de la Santé, accueille les citoyens du lundi au vendredi de 07H30 à 18H30 et le samedi jusqu’à 12H30, sans rendez-vous au préalable. La devise est simple: « premier venu, premier servi, chacun son tour », dans le respect des mesures barrières, essentiellement le port du masque et la distanciation physique.

Al Massae 

Malgré les mesures préventives, la situation s’aggrave à Casablanca.

Malgré toutes les mesures décidées par le gouvernement dans le but de limiter la propagation du Coronavirus, la pandémie ne cesse de se répandre, faisant des ravages parmi les populations. Les dernières données du ministère de la Santé font état de 440 cas graves qui sont sous traitement au sein des unités de réanimation et soins intensifs, dont 51 cas intubés. En outre, deux mille six cent soixante-trois (2.663) nouveaux cas d’infection ont été enregistrés au Maroc entre le 2 octobre (18H) et le 3 octobre (18H). Le nombre de décès est, quant à lui, passé à 2.293, avec 30 nouveaux cas enregistrés au cours de ces 24 heures. Par ailleurs, parmi les 12 régions du Royaume, la région de Casablanca-Settat est celle qui enregistre les chiffres les plus élevés en termes de cas positifs, des cas actifs et des décès. En effet, la région a enregistré durant cette période 1435 cas, dont 1089 dans la ville de Casablanca qui déplore 7 décès en 24H.

Bayane Al Yaoum

Maroc: la croissance économique prévue à 4,5% entre 2021 et 2023.

La croissance économique annuelle moyenne devrait se situer à 4,5% durant la période 2021-2023, selon le rapport préalable au Budget, publié vendredi par le ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration. « A l’horizon 2023, les projections tablent sur un redressement progressif de l’activité économique nationale pour enregistrer une croissance de 4,6% prévue en 2023 et une croissance annuelle moyenne de 4,5% au cours de la période 2021-2023 », indique ce rapport qui s’inscrit dans le cadre de la préparation du projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2021. Ce document, qui est en conformité avec les dispositions de la loi Organique n°130.13 relative à la loi de finances (LOLF), fait également ressortir que l’exercice de prévision pour l’année prochaine retient comme hypothèse une production céréalière de 70 millions de quintaux (Mqx) en 2021 contre 32 Mqx durant cette année, avec une consolidation des autres cultures et de l’élevage.