La revue de presse du lundi 2 novembre

2571
DR.

La police enquête sur le faux communiqué sur un reconfinement, les pneus coûteront plus chers en 2021, les infirmiers menacent de faire grève… Voici les principaux titres développés par la presse nationale ce lundi:

L’Economiste 

Vos pneus, plus chers en 2021!

A partir du 1er janvier 2021, les pneus coûteront plus cher. Le PLF prévoit de rétablir la taxe intérieure de consommation (TIC), qui avait été supprimée en 2002 pour protéger l’industrie locale. A présent que les deux unités de fabrication (General Tire et Goodyear) ont définitivement fermé, le législateur a estimé qu’il était temps de la restaurer. La taxe a été fixée à 3 DH HT le kilo, jante comprise, payable évidemment à l’importation. Ainsi, pour les voitures de tourisme, le poids des pneus varie entre 10 et 15 kg. Ce qui correspondra à une hausse entre 30 et 45 DH HT l’unité. Dans le segment du camion, le poids des pneus varie entre 70 kg et 110 kg avec la jante. Un camion poids lourd (tracteur et remorque) peut être équipé de 16 pneus. Pour les engins du génie civil et du BTP, il faudra compter des hausses entre 360 DH HT (120 kg) et 1.200 DH HT (400 kg). La hausse sera plus importante dans la filière des engins miniers.

Maroc le jour

Communiqué mensonger sur un reconfinement national: la BNPJ enquête.

La brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) à Casablanca a été chargée d’ouvrir une enquête sur les tenants et aboutissants au sujet du communiqué mensonger véhiculé, et qui prétend la tenue ce dimanche d’un Conseil de gouvernement consacré à l’approbation d’un re-confinement total sur l’ensemble du territoire du Royaume en vue de faire face à la pandémie du coronavirus (Covid 19), à partir du lundi 2 novembre 2020, annonce le procureur général du Roi près la Cour d’Appel de Rabat. Cette enquête intervient à la suite de la diffusion du communiqué, publié ce dimanche par le département du Chef du gouvernement, qui a démenti le contenu du communiqué fallacieux, précise la même source dans un communiqué. Les résultats de cette enquête permettront d’établir les effets juridiques, conclut le communiqué.

Aujourd’hui le Maroc

Le secteur de la santé bientôt représenté au sein de la CGEM.

Déterminés à représenter le secteur de la santé au sein du patronat marocain, les membres de la Fédération nationale de la santé (FNS) sont partis à la rencontre de Chakib Alj, président de la CGEM, pour discuter de l’intérêt de cette éventuelle adhésion. La FNS souhaite, a travers cette démarche, renforcer les synergies nécessaires pour être a la hauteur des Orientations Royales visant à mettre à profit les enseignements tirés de la période actuelle en vue de faire face aux répercussions économiques et sociales de la crise sanitaire. «La FNS sera amene e a plusieurs e gards a occuper un ro le important pour mener a bien les objectifs de de veloppement de ce secteur vital pour l’avenir de l’économie marocaine», peut-on relever de la Fédération. Cre e e il y a plus de 2 ans, la FNS a re ussi a fe de rer toutes les filie res de la sante aussi bien sur le plan industriel que celui des services.

Al Bayane 

Le corps des infirmiers brandit la carte de la grève.

Lassé des promesses non tenues, le mouvement des infirmiers et techniciens de santé au Maroc (MITSAM) appelle à une forte mobilisation et envisage d’observer un sit-in de protestation, samedi 14 novembre à Rabat, devant le siège du département de tutelle. En fait, les infirmiers s’estiment lésés dans leurs droits légitimes et accusent le ministère de la Santé d’avoir gelé le dialogue social en tournant le dos à leur dossier revendicatif. D’ailleurs, le communiqué rendu public par le bureau national du MITSAM met en garde le département de Khalid Ait Taleb contre le fait de vouloir saper les droits des infirmiers qui n’ont ménagé aucun effort dans la lutte contre la pandémie durant la crise sanitaire. A en croire la même source, environ 1000 infirmiers ont été infectés par le virus dont plus de 10 décès, selon un comptage effectué par l’ensemble des sections du MITSAM.

Akhbar Al Yoaum 

Covid-19: Casablanca enregistre toujours des chiffres records.

Casablanca figure toujours parmi les villes qui enregistrent des chiffres records depuis le déclenchement de la crise sanitaire au Maroc. Tout porte à croire que le développement de la situation épidémiologique va prendre un nouveau tournant et ce, en raison de l’augmentation des cas sévères ou critiques qui a presque doublé en un mois, l’avènement de la grippe saisonnière et l’enregistrement d’environ 70 décès par jour. A noter que durant les deux dernières semaines, la ville de Casablanca a enregistré, à elle seule, pas moins de 15.839 nouveaux cas d’infection au coronavirus, soit le même niveau des contaminations recensées par le Maroc le 13 juillet dernier.

Al Ahdath Al Maghribiya 

Air Arabia Maroc lance une liaison Casablanca-Rennes.

Air Arabia Maroc, a annoncé, le lancement d’une nouvelle route Casablanca-Rennes dès le 18 décembre 2020, à raison de deux vols par semaine, indique la compagnie aérienne dans un communiqué. Les dessertes entre Casablanca et la ville bretonne seront effectuées chaque lundi et vendredi, les départs étant prévus à 08:35 et 07:15, alors que les vols retour quitteront la Bretagne respectivement à 11:20 et 10:00, précise le communiqué. Classée comme l’une des plus agréables où vivre en France, Rennes, cité à taille humaine, est une ville étudiante qui ne cesse de se transformer en conservant un patrimoine historique riche et varié, relève le communiqué.