La revue de presse du lundi 15 mars

Bientôt une zone industrielle à Fnideq, une croissance de 4,5% en 2021, vers une fusion CNSS/CNOPS… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi: 

L’Economiste 

Immobilier: la crise fait évoluer les marges de négociation.

Les transactions immobilières se sont redressées depuis septembre mais, pas au point de rattraper le creux de quatre mois de mars à juin. Malgré le contexte, deux tiers des acquéreurs potentiels auraient continué à mûrir leurs projets d’achats durant le confinement. Certains l’ont même finalisé. Derrière les prix affichés, les acquéreurs peuvent négocier une ristourne non négligeable, jusqu’à 5% dans certains cas. Le confinement a fait émerger de nouveaux critères d’achat ou a renforcé certains qui ne l’étaient pas jusqu’ici. Les recherches s’orientent de plus en plus vers des biens spacieux dotés d’une terrasse ou d’un jardin par exemple.

Fnideq: une zone industrielle en gestation.

Une zone industrielle verra prochainement le jour à Fnideq. L’annonce a été faite par le Wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohamed Mhidia, lors d’une réunion avec les opérateurs économiques de la région la semaine dernière. La zone s’étendra, selon les premiers éléments sur une quinzaine d’hectares. D’ores et déjà, il est prévu qu’elle accueille trois grandes usines, deux dans le secteur du textile et une troisième dans celui de l’agroalimentaire. La zone ciblera en priorité, la création de postes d’emploi pour les populations vulnérables de la zone, femmes et jeunes.

Maroc le Jour

La croissance à 4,5 % en 2021.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) réel au Maroc devrait rebondir à 4,5 % en 2021, selon la Banque africaine de développement (BAD). « La croissance du PIB réel devrait rebondir à 4,5 % en 2021 à mesure que l’économie se remettra d’une importante récession et que l’agriculture retrouvera une bonne croissance », estime la BAD dans son rapport annuel « Perspectives économiques en Afrique ». Au cours du troisième trimestre de 2020, les exportations de pièces automobiles ainsi que de phosphate et dérivés ont rebondi et devraient se renforcer davantage à court terme avec l’augmentation de la demande mondiale, ajoute l’institution financière panafricaine, ajoutant que « cela compensera probablement la morosité des secteurs du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration qui devrait perdurer ». Par conséquent, le déficit de la balance courante et le déficit budgétaire devraient se resserrer et les pressions inflationnistes devraient rester modérées.

Aujourd’hui le Maroc

Tournages étrangers: l’ONMT et le CCM s’allient pour promouvoir la destination Maroc.

Une convention de partenariat a été signée entre l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) et le Centre Cinématographique Marocain (CCM), avec pour objectif de promouvoir la destination marocaine auprès des producteurs cinématographiques et audiovisuels internationaux. Le but étant de développer de nouvelles stratégies marketing et de dynamiser l’attractivité de la destination pour accueillir davantage de productions étrangères au Maroc. Intervenant lors de la cérémonie de signature de cette convention, la ministre du Tourisme, de l’Artisanat du Transport Aérien, et de l’Economie Sociale, Nadia Fettah Alaoui a souligné que ce partenariat permettra de développer davantage la dynamique et les synergies d’actions entre l’ONMT et le CCM, le tout avec l’appui des deux ministères. Pour sa part, le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports Othman El Ferdaous, a indiqué que cette convention concrétise l’intersection de deux grandes industries en l’occurrence le tourisme et la production cinématographique, mettant en relief l’importance de promouvoir la destination Maroc auprès des producteurs cinématographiques internationaux.

L’Opinion 

CNSS/CNOPS, vers une fusion ?

La réforme sociale proposée par le gouvernement prévoit une réforme de la gouvernance des organismes gestionnaires, à savoir la CNSS et la CNOPS. Bien que le projet de loi se contente pour l’heure d’annoncer une convergence des différents régimes existants, le sort des deux établissements reste inconnu. Des sources parlementaires, bien informées, ont certifié que l’hypothèse d’une fusion de la CNSS et la CNOPS en un pôle unique reste le scénario privilégié. Or, rien n’est encore entrepris dans ce sens, à en croire des sources au sein de la CNSS, qui ont indiqué qu’aucune démarche n’a été entamée jusqu’à présent.